Go to main content

Crise syrienne : quand les civils paient le prix fort

Secourir les déplacés/réfugiés
Liban Syrie

Depuis le début de la crise syrienne, plus d’un million de Syriens se sont réfugiés au Liban. La moitié sont des enfants. Handicap International intervient auprès de ces personnes qui ont tout perdu et exhorte les États à protéger les civils.

Amira a perdu son fils aîné dans un bombardement

Amira a perdu son fils aîné dans un bombardement | © Benoit Almeras / HI

Amira a perdu son fils aîné dans un bombardement. Seule avec son fils cadet, elle a trouvé refuge au Liban, mais n’a aucun moyen de subsistance. Un coup très dur porté à sa dignité, en plus des souffrances déjà subies. Quand la guerre a commencé, Amira vivait tranquillement avec sa famille dans une ville rurale de Syrie, où elle était enseignante.

« La migration forcée est humiliante. Être dans le besoin c’est humiliant ; vivre dans une communauté qui n'est pas la vôtre est aussi humiliant. Nous avons un dicton populaire : ceux qui quittent leur maison perdent leur valeur. »

Amira, 44 ans, Syrienne réfugiée au Liban

Vivre dans la peur

Handicap International intervient auprès des Syriens qui, comme Amira, ont fui les bombardements incessants et se déplacent de ville en ville. Épuisés, traumatisés, ils ont tous besoin de soutien psychologique, parfois de rééducation physique et souvent d’une aide matérielle d’urgence. 

« Nous vivons dans la crainte que quelqu'un va mourir dans un bombardement, un incident de mine, ou de la maladie. Ou ils pourraient mourir parce que nous n'avions pas de médecins ni d'hôpitaux où aller. Plusieurs femmes sont mortes en couches, plusieurs nourrissons sont morts parce qu'il n'y avait pas d'hôpitaux à proximité. »

En 2017 en Syrie, 15 319 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives. En zones urbaines, 92 % de ces victimes étaient des civils.

Votre signature est notre arme pour protéger les civils : signez notre pétition !

Portrait d'Anne Héry de Handicap International« Les conséquences des bombardements de civils sont effroyables : familles déchirées, villes ravagées, fuite en masse des populations… Comme l’ont montré les précédents combats de Handicap International contre les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions, il n’y a pas de fatalité. Grâce à la mobilisation citoyenne, nous avons le pouvoir d’amener les États à s’engager contre cette pratique barbare et à y mettre fin. »
Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International
Publié le : 24 septembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés

HI a mené une enquête en 2018 pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire. Réfugiés en Jordanie, Zyad et sa famille ont fait partie des personnes interviewées.