Go to main content

Crise syrienne : préserver la vie des populations

Secourir les victimes
Syrie

Depuis mars 2011, le conflit syrien brise les corps et les vies. Un chiffre témoigne de la violence du chaos : l’espérance de vie, qui était de 77 ans, a régressé de vingt années. Les équipes de Handicap International interviennent en Irak, en Jordanie, au Liban, et en Syrie même pour soutenir des civils à bout de ressources.

Mostapha, 8 ans, victime d'un bombardement en Syrie, a reçu l'aide de Handicap International pour retrouver sa mobilité.

© S. Pierre / Handicap International

Un soir de novembre 2014, la maison de Mostapha, 8 ans, a été bombardée. Il a perdu ses parents, et a été grièvement blessé, notamment à la jambe gauche. Mais dans un pays en guerre depuis des années, pas d’ambulance, pas de médecins qui accourent pour soigner le petit garçon. En Syrie, le produit intérieur brut a diminué de 40 %, les systèmes d’eau et d’assainissement, les écoles, les maisons et les centres de santé ont été détruits, les routes sont polluées par des armes explosives qui touchent 75 % des zones densément peuplées, les hôpitaux deviennent des cibles. Pour calmer sa douleur et arrêter ses saignements, Mostapha (photo ci-dessus) a eu, toute une nuit, comme seule infirmière sa grande sœur de 16 ans, avant d’être conduit à l’hôpital par des voisins. Il a survécu. Par chance, il a rencontré Mohammad, un kinésithérapeute de Handicap International. Et après de longues séances de rééducation, il a retrouvé la mobilité de sa jambe.

Remettre les civils debout

Tous les enfants et les adultes exposés aux bombardements et aux restes explosifs de guerre n’ont pas la chance de Mostapha. Soignées tardivement, les blessures complexes se transforment en handicap à vie. Pour Handicap International, les projets de réadaptation physique permettent de préserver l’avenir et sont une priorité parmi toutes les actions entreprises. Pour améliorer les gestes et les connaissances des kinésithérapeutes locaux, l’association a produit une quarantaine de vidéos de formation afin de développer leurs compétences et prévenir les conséquences durables du handicap. Handicap International s’attache aussi à délivrer des messages de sensibilisation aux dangers des armes explosives pour les populations. Dans les centres de santé, dans les camps et au sein des communautés, il est indispensable d’informer tout le monde pour éviter de nouvelles morts et de nouveaux blessés et préserver l’avenir autant que possible.

Portrait de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation à Handicap International - © B. Blondel / Handicap International> Lire également le témoignage de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation de Handicap International : « Les blessures par armes explosives provoquent de lourds handicaps »

 Rejoignez-nous, signez la pétition contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées !

> Handicap International sur place : lire l’article « Crise syrienne : 750 000 bénéficiaires de l’action de Handicap International »

Contexte - la crise syrienne en chiffres :
Infographie crise syrienne en chiffres : 2011, début du conflit. 5,1 millions de personnes penacées chaque jour par les armes explosives, dont 2 millions d'enfants. Depuis le début du conflit : 250 000 personnes tuées, plus d'un million de blessés, 12,2 millions de Syriens ont dû fuir et abandonner leur foyer.
Publié le : 10 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés

HI a mené une enquête en 2018 pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire. Réfugiés en Jordanie, Zyad et sa famille ont fait partie des personnes interviewées.