Go to main content

Crise des réfugiés : les États doivent être à la hauteur du défi

Droit

L’Assemblée générale des Nations unies organise ce lundi 19 septembre une réunion de haut niveau à New York sur la crise mondiale des réfugiés et des migrants. Selon le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies* plus de 65 millions de personnes ont dû fuir en raison de violences armées ou de persécutions. Camille Gosselin, responsable du plaidoyer humanitaire à Handicap International, explique les enjeux de cette réunion.

Portrait de Camille Gosselin, responsable plaidoyer humanitaire à Handicap International

Camille Gosselin, responsable du plaidoyer humanitaire à Handicap International | © J. Bobin / Handicap International

Quelle est l’importance de cette réunion de l’Assemblée générale des Nations unies ?

Camille Gosselin : C’est la première fois qu’a lieu au sein des Nations unies une réunion de haut niveau, c’est-à-dire réunissant des chefs d’État, des Premiers ministres… sur ce sujet crucial : la crise des réfugiés et des migrants dans le monde, une crise d’une ampleur inédite depuis 70 ans. Les États doivent s’organiser pour assurer leur accueil et faire en sorte qu’ils bénéficient de l’assistance humanitaire à laquelle ils ont droit.

Comment devient-on refugié ?

CG : On devient réfugié parce qu’on fuit la guerre, les violences armées, les persécutions... En Syrie par exemple, les bombardements tuent et blessent essentiellement des civils et détruisent des villes et des villages. Toute vie sociale, toute activité économique est devenue impossible. On fuit pour sauver sa vie, sa famille.  On se déplace à l’intérieur du pays, devenant ce qu’on appelle dans notre jargon humanitaire un "déplacé interne", ou on traverse une frontière et on devient alors un "réfugié". À Handicap International, nous apportons une aide humanitaire à des réfugiés ou des déplacés internes dans plus de 20 pays. Nous connaissons bien les difficultés qu’ils rencontrent.

Quelles sont ces difficultés ?

CG : Elles sont multiples. Vous pouvez être entravé dans vos déplacements, quand par exemple un pays ferme ses frontières. Vous pouvez rencontrer des difficultés pour accéder aux services de santé, pour bénéficier de l’aide humanitaire. Il est bon de rappeler que cette aide humanitaire n’est pas un luxe : quand vous fuyez un conflit, vous avez absolument tout laissé derrière vous, votre maison, votre voiture, tout ce qui vous appartenait. Vous vous retrouvez sans argent, sans toit, parfois seul, séparé de vos proches. Vous pouvez être blessé et avoir besoin de soins… Enfin, à long terme, se pose la question de la réinsertion sociale et économique des réfugiés dans le pays d’accueil.

A-t-on des droits en tant que réfugié ?

CG : Oui. Le premier droit d’une personne qui craint pour sa vie est de pouvoir fuir, y compris en franchissant une frontière, et de ne pas être refoulée. Ce principe de Non Refoulement doit être appliqué par tous les États. Il y a des conventions internationales qui assurent les droits des réfugiés. En particulier la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés qui assure des droits élémentaires : entre autres, fuir un conflit sans entrave, être accueilli dans de bonnes conditions, avoir accès aux systèmes de soins…

Que demande Handicap International lors de cette réunion des Nations unies ?

CG : Nous demandons que les gouvernements appliquent et respectent le droit international, qu’ils engagent des moyens matériels pour assister les réfugiés en se souciant du sort des plus vulnérables : personnes handicapées, personnes âgées, femmes, enfants…

Lors de la réunion qui a lieu aujourd’hui, une déclaration politique sera adoptée par les États. Le texte réaffirmera les droits des réfugiés, c’est très bien, mais nous ne voyons pas émerger de véritable coordination internationale sur cette crise et la réaffirmation d’une solidarité entre les États, notamment au bénéfice des États qui, étant frontaliers de zones de crise (comme la Jordanie, le Liban ou le Kenya), accueillent le plus grand nombre de réfugiés. En plus de cette déclaration politique, nous voudrions un plan d’action, avec un calendrier clair, afin d’apporter des réponses concrètes et opérationnelles à la crise des réfugiés.


* Global Trends, Forced Displacement in 2015, UNHCR, June 2016 
https://s3.amazonaws.com/unhcrsharedmedia/2016/2016-06-20-global-trends/2016-06-14-Global-Trends-2015.pdf

Publié le : 19 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Aicha, 10 ans : le bonheur simple de s’amuser avec ses copains
© Marta Moreiras / HI
Droit Scolariser les enfants handicapés

Aicha, 10 ans : le bonheur simple de s’amuser avec ses copains

Âgée de 10 ans, Aicha vit en Guinée-Bissau. Grâce à Handicap International, elle peut maintenant aller à l’école, un changement qui l’a transformée : cette petite fille très vivante fait désormais la joie de son village. Plus de 70 000 enfants vulnérables et handicapés bénéficient de l’aide de l’association pour faire valoir leur droit à l’éducation.

Diaporama : grandir ensemble grâce au jeu
© W. Huyghe / Handicap International
Droit

Diaporama : grandir ensemble grâce au jeu

Handicap International mène en Thaïlande, au Bangladesh et au Pakistan le projet "Growing Together" (grandir ensemble) avec le soutien de la Fondation IKEA. L’objectif est que les jeunes réfugiés puissent s’épanouir dans les camps grâce au jeu, indispensable pour le développement de ces enfants qui ont perdu leurs repères.

Yetnebersh Nigussie reçoit le prix Nobel alternatif 2017
© Light for the World
Droit Insertion

Yetnebersh Nigussie reçoit le prix Nobel alternatif 2017

Yetnebersh Nigussie a dédié sa vie à la promotion des droits et à l’inclusion des personnes handicapées. Elle a reçu le prestigieux prix Right Livelihood, appelé aussi "prix Nobel alternatif". Elle se voit récompensée pour sa détermination à veiller à ce que les personnes handicapées ne soient jamais oubliées.