Go to main content

Crise au Bangladesh : Handicap International renforce ses actions d’urgence

Urgence
Bangladesh

Plus de 500 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis fin août, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International renforce sa réponse humanitaire face à cette crise sans précédent dans la région. Depuis le 25 août, l’association est déjà venue en aide à plus de 15 000 personnes.

Réfugiés Rohingyas au Bangladesh

Réfugiés Rohingyas au Bangladesh | © V. Cardamone / Handicap International

Handicap international a mis en place 7 équipes mobiles. Constituées de kinésithérapeutes, de psychologues, de travailleurs sociaux et d’animateurs pour les enfants, ces équipes sillonnent les camps de réfugiés pour identifier les personnes extrêmement vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite), les orienter vers les services disponibles, leurs apporter une aide immédiate en réadaptation ou du soutien psychologique, ainsi que pour proposer des activités récréatives aux enfants, traumatisés ou stressés par une telle expérience.

En partenariat avec l’association locale Center for disabilities and development, Handicap International a mobilisé un véhicule totalement équipé (matériel pour les séances de kinésithérapie, pour prendre les mesures nécessaires à la pose de prothèses, jouets pour animer les séances récréatives avec les enfants, etc.). Ce véhicule permet d’atteindre des zones lointaines ou jusqu’alors inaccessibles et vient renforcer le travail des équipes mobiles.

300 personnels mobilisés

Handicap International a également établit 4 points d’accueil qui ont deux rôles : centres d’informations, ils dispensent des conseils sur l’hygiène, sur la prévention du choléra, sur les distributions humanitaires… Ils fournissent également des soins en réadaptation, des séances de soutien psychologique et des soins médicaux de base pour les blessures les moins graves. Ces points sont situés au milieu des camps de réfugiés nouvellement constitués. Ils accueillent une cinquantaine de personnes par jour. Trois points d’accueil supplémentaires seront prochainement mis en place.

Handicap International est partenaire du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR) pour l’identification des personnes ayant des besoins spécifiques, c’est-à-dire des besoins des personnes dites "extrêmement vulnérables" (femmes enceintes, enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite), activité que l’association mènera dans plusieurs points de transit organisés par le HCR. 

Environ 100 employés de Handicap International et 200 bénévoles sont actuellement à pied d’œuvre pour venir en aide aux réfugiés Rohingyas. Près de 700 personnes ont déjà obtenu des séances de réadaptation et 4 000 un soutien psychologique d’urgence. Près de 6 000 personnes extrêmement vulnérables ont été recensées.

Publié le : 18 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International
© Google Maps
Urgence

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques en Suède. La situation dans le pays est devenue plus que critique pour la population.

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami
© HI
Réadaptation Urgence

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami

Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre 2018, Handicap International soutient les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête

Salim, 17 ans, a été fauché par une bombe dans l’épicerie où il travaillait près de Hodeidah. Soigné à l’hôpital de la ville, il a été amputé en-dessous du genou, un véritable choc. Salim était angoissé : comment pouvait-il continuer à vivre avec une seule jambe ? Comment subvenir aux besoins de la famille ? Comment poursuivre sa scolarité ?