Go to main content

Crise alimentaire en Afrique de l’Est : tout quitter pour survivre

Réadaptation Urgence
Kenya Soudan du Sud

La crise alimentaire en Afrique de l’Est engendre un nombre sans précédent de réfugiés, dont près de 80 % sont des femmes et des enfants. Originaires du Soudan du Sud, Rose et ses enfants vivent dans un camp au Kenya depuis février et reçoivent l’aide de Handicap International.

Le kiné de Handicap International montre à Rose les gestes à reproduire avec Samuel pour améliorer son quotidien

Le kiné de Handicap International montre à Rose les gestes à reproduire avec Samuel pour améliorer son quotidien | © P. Meinhardt / Handicap International

Dans le camp de Kakuma, sous l'abri bâché qui lui sert de toit, Rose écoute attentivement le kinésithérapeute de Handicap International qui lui explique les exercices simples de réadaptation qu'elle fera faire à son fils Samuel, 4 ans, atteint de paralysie cérébrale.

Rose et ses quatre enfants sont originaires de la ville de Juba au Soudan du Sud. Là-bas, la famille tenait une petite épicerie. Mais en juillet 2016, lorsque les combats se sont intensifiés, Rose et son mari n’ont pas réussi à faire face à la flambée des prix pour sauver leur commerce. N’ayant plus d’argent pour nourrir leurs enfants, Rose a décidé de les emmener seule au Kenya, encouragée par son mari malheureusement trop malade pour entreprendre un tel voyage.

« Mon fils bouge plus facilement »

Étant désormais seule pour s'occuper de Samuel et de ses trois autres enfants, Rose ne parvient pas à accéder à tous les services proposés dans le camp de Kakuma et elle ne peut pas travailler pour améliorer leur quotidien. La famille survit grâce aux rations alimentaires. Il arrive parfois qu'un de ses enfants manque l'école pour s'occuper de son frère.

Depuis que Rose a rencontré l’équipe de kinésithérapeutes de Handicap International, en février dernier, elle répète assidûment les exercices de rééducation avec Samuel. Elle contribue ainsi à le rendre plus autonome pour pouvoir se déplacer avec lui autour du camp. Elle constate déjà une amélioration : « Mon fils semble plus détendu et il bouge ses membres plus facilement ».

Rose a récemment appris le décès de son mari resté au Soudan du Sud. Plus que jamais, elle a besoin d’aide pour élever ses enfants et faire progresser Samuel.

Rose avec ses enfants dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya © P. Meinhardt / Handicap International

Rose avec ses enfants dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya © P. Meinhardt / Handicap International


> Lire aussi "Crise alimentaire : chronique d'une catastrophe humanitaire annoncée"

Publié le : 22 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : des soins en réadaptation urgents pour éviter des handicaps
© Ali Jadallah / Anadolu Agency / AFP

Gaza : des soins en réadaptation urgents pour éviter des handicaps

Près de 3 000 personnes ont été blessées lors des manifestations des 14 et 15 mai 2018 à la frontière entre Gaza et Israël. Les services médicaux à Gaza sont débordés par l’afflux massif et soudain de blessés. Handicap International met en place des services de réadaptation pour éviter aux patients des handicaps et leur permettre de conserver ou de retrouver leur mobilité.

Gaza : Handicap International étend ses activités auprès des milliers de blessés
© V. Nguyen Hoang / Hans Lucas / AFP

Gaza : Handicap International étend ses activités auprès des milliers de blessés

Submergé par le nombre de blessés et limité par le blocus, le système de santé à Gaza n’arrive pas à retenir les centaines de personnes ayant un besoin urgent de soins de réadaptation. Handicap International étend ses activités et offre son expertise en soins de réadaptation d'urgence pour que les blessés aient les meilleures chances de guérison possibles.

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.