Go to main content

COP21 : et les plus vulnérables ?

Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

La Conférence mondiale sur le climat (COP21, 30 novembre au 11 décembre à Paris) est censée déboucher sur un accord mondial en faveur de la lutte contre le réchauffement. Handicap International y présentera ses actions pour renforcer la préparation des communautés aux catastrophes naturelles et limiter leurs conséquences.

Handicap International implique les populations, depuis la phase d’identification des risques qui les menacent jusqu’à la mise en place de plans d’évacuation.

© B. Marquet / Handicap International

À l’occasion de la COP21, Handicap International fera valoir son approche qui se caractérise par l’implication des populations vulnérables concernées, depuis la phase d’identification des risques qui les menacent jusqu’à la mise en place de plans d’évacuation.

Handicap International présente le 5 décembre, lors d’un atelier avec les membres du Réseau des ONG françaises pour la réduction des risques liées aux catastrophes, les 15 projets qu’elle mène dans 12 pays pour aider des communautés à se préparer aux catastrophes et en réduire le coût humain.

L’association partagera son expérience sur la manière de s’adapter plus efficacement aux effets du changement climatique, ou encore comment préparer les villages aux inondations ou aux sécheresses, former des équipes de réponse aux urgences, sensibiliser la population, mettre en place un système de veille, etc.

Ce rendez-vous permettra également à Handicap International d’alerter les États sur les conséquences souvent dévastatrices du changement climatique sur les populations les plus à risque, comme celles vivant en bord de mer ou dans des territoires gagnés par la désertification.

Publié le 4 décembre 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Préparer les populations aux risques de catastrophes permet de sauver des vies Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Préparer les populations aux risques de catastrophes permet de sauver des vies

Les catastrophes naturelles sont de plus en plus nombreuses dans le monde, comme en atteste le violent séisme qui a frappé l’Équateur le 16 avril 2016. Un an après le tremblement de terre, le Népal poursuit sa reconstruction mais devra probablement faire face à de nouvelles catastrophes dans les prochaines décennies. L’expérience a montré que les actions de préparation aux risques permettent de sauver des vies. Pour Handicap International, qui mène 16 projets de réduction de risques dans le monde, il est essentiel d’informer directement les populations locales. Explications de Véronique Walbaum, spécialiste de la gestion des risques de catastrophes.

Un traité contre la barbarie, mais toujours des victimes de mines
© J-J. Bernard / Handicap International
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Rendre accessibles les lieux publics Scolariser les enfants handicapés

Un traité contre la barbarie, mais toujours des victimes de mines

Le 1er mars 1999, le Traité d’Ottawa qui interdit les mines antipersonnel entrait en vigueur. Pour la première fois dans l'histoire du désarmement, une arme conventionnelle était bannie. Une avancée historique du Droit international humanitaire pour laquelle Handicap International a joué un rôle décisif. Mais le combat contre ces armes qui tuent et blessent 80 % de civils doit continuer. 

Aider les plus fragiles à passer l’hiver au Népal
© Handicap International
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Aider les plus fragiles à passer l’hiver au Népal

Face à l’hiver et afin d’aider les personnes qui ont tout perdu dans le tremblement de terre d’avril 2015 au Népal, Handicap International a distribué des kits d’hiver – vêtements, matelas et couvertures – aux familles népalaises les plus fragiles. Dix mois après la catastrophe, l’association poursuit son intervention auprès des victimes du séisme.