Go to main content
 
 

Les civils, doublement victimes du conflit au Yémen

Urgence
Yémen

Au Yémen, l’utilisation massive des armes explosives laisse une contamination qui, après les combats, ajoute un danger supplémentaire pour les civils.

La ville de Sana'a au Yémen, lourdement touchée par les bombardements

La ville de Sana'a au Yémen, lourdement touchée par les bombardements | © ISNA Agency / HI

Un conflit asymétrique

Au Yémen, nous sommes face à un conflit asymétrique, type de conflit que nous retrouvons dans plusieurs pays (Syrie, Irak, etc.) : d’un côté, une armée sophistiquée – la coalition internationale menée par l’Arabie saoudite – qui mène des bombardements massifs et aveugles, souvent en zones urbaines. De l’autre, une guérilla menée par les Houthis marquée, entre autres, par l’utilisation des mines, l’arme du pauvre. Au milieu, les populations paient le prix fort : 90 % des victimes des armes explosives sont des civils.

Voir la page spéciale "Yémen, la guerre à l'aveugle"

Des bombardements massifs

Les combats ont principalement lieu en milieu urbain. Les civils sont victimes de très nombreuses attaques indiscriminées. Conséquences : des déplacements de populations qui fuient en masse les combats, une économie locale exsangue, des services de base qui ne sont plus assurés… Le Yémen est plongé dans le chaos.

50 % des infrastructures de santé ne sont plus en état de fonctionner, ce qui complique considérablement l’accès aux soins et engorge les hôpitaux restants. Alors même que les besoins médicaux sont immenses !

Une contamination record

Les bombardements et l’utilisation des mines ont engendré une forte contamination, notamment dans l’Ouest du pays. C’est un véritable fléau pour les habitants. Le Yémen est aujourd’hui l'un des pays les plus contaminés au monde.

Cette contamination est une menace permanente pour les habitants. La présence de restes explosifs et de mines confisque des terrains entiers : telle personne ne pourra plus cultiver son champ à cause de la présence de bombes, telle route devient inutilisable à cause des mines, telle école n’est plus accessible...

Un héritage à long terme

Cette contamination est complexe et extrêmement diverse : des observateurs ont trouvé des vieilles mines de fabrication belge, chinoise ou d’Allemagne de l’Est, des mines artisanales, parfois produites en série, des restes de missiles, d’obus et des sous-munitions… L'impact pour la population locale est catastrophique. Une fois le conflit terminé, elle rendra nécessaire des opérations de déminage qui seront longues et compliquées, dans des zones urbaines à reconstruire, sous des gravats... Ce sera un frein terrible à la reconstruction et à la restauration économique du pays… Le Yémen va souffrir de cet héritage de mort pendant des décennies.

Publié le : 19 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »
© Juan Manuel Vargas / HI
Urgence

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »

Directeur de Handicap International en Colombie, Gregory Le Blanc témoigne de la situation des Vénézuéliens réfugiés en Colombie et décrit l’intervention d’urgence menée par l'association.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Santé

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour Handicap International à Sana’a au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par l'association et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.

Séisme au Pakistan : Handicap International évalue les besoins sur le terrain
© Muhammad Reza/ANADOLU AGENCY/AFP PHOTO
Urgence

Séisme au Pakistan : Handicap International évalue les besoins sur le terrain

Un séisme de magnitude 5,8 a frappé la province du Penjab (ville de Jhelum) au Pakistan le 24 septembre, faisant au moins 38 morts et 646 blessés. Déjà présente sur place, Handicap International évalue les besoins de plus de 7 000 familles touchées.