Go to main content
 
 

Civils bombardés, infrastructures dévastées

Mines et autres armes

Les bombardements en zones peuplées sont devenus courants dans les conflits actuels. En plus de tuer et de mutiler les civils, ils détruisent des infrastructures publiques vitales comme des ponts, des ports, des hôpitaux, etc. Quelles sont les répercussions de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées sur la vie des civils ? Explications.

Infrastructure détruite lors de combats en Irak (phot d'archive)

Infrastructure détruite lors de combats en Irak | © T. Mayer / Handicap International

Prenons le cas d’un port détruit par un bombardement : les bateaux ne peuvent plus accoster, provoquant l’interruption du fret de marchandises, dont des produits alimentaires, ce qui peut engendrer une forte augmentation des prix sur le marché et des pénuries dans les régions qui dépendent de cette infrastructure. Le bombardement d’un simple entrepôt peut avoir des conséquences graves en perturbant la chaîne d’approvisionnement et en provoquant des ruptures de stocks.

Quand un pays devient le théâtre de bombardements, les transporteurs routiers prennent souvent des mesures de sécurité – comme ne plus se déplacer en convoi, par exemple – ce qui réduit le volume de biens délivrés. Dans de nombreux cas, les compagnies d’assurance ne couvrent plus les risques des transporteurs qui commercent avec le pays touché. Des sociétés de transport décident alors de suspendre leurs activités. Nourriture et médicaments viennent à manquer, pouvant engendrer une augmentation des cas de malnutrition et aggraver la vulnérabilité de la population aux maladies.

> Lire aussi "Quel processus politique pour mettre fin aux bombardements des civils ?"

Approvisionnement vital en eau

Ce genre d’effet domino peut également être observé lors des bombardements des réseaux d’eau. La destruction de stations de pompage, de traitement d’eau, des réseaux d’adduction prive des quartiers, des zones entières en eau propre ou potable. L’eau du réseau urbain peut aussi se retrouver contaminée par des destructions et des gravats... Dans ces cas de figure, les conséquences sanitaires sont effroyables : les maladies infectieuses, les infections rénales, la typhoïde augmentent, ainsi que le taux de mortalité au sein de la population. La destruction d’une seule station de traitement de l'eau peut affecter des centaines de milliers de personnes.

Où se faire soigner ?

L’attaque d’un hôpital a également des conséquences dramatiques et durables. Elle provoque l’évacuation en urgence des bâtiments et des destructions lors de l’attaque elle-même et, une fois passée, presque inévitablement une réduction des services : les dégâts rendent impraticable telle partie du bâtiment, certains personnels préfèrent fuir la région ou le pays et ne reviendront plus y travailler, des équipements médicaux sont endommagés et inutilisables, etc. Quand le réseau électrique est également touché, certains de ces équipements, comme des couveuses, ne peuvent plus fonctionner. Quand un hôpital régional ferme, des milliers de personnes se retrouvent sans accès aux soins. Des patients ne sont plus traités, ce qui entraîne des complications et une augmentation de la morbidité.


Handicap International contre les bombardements des civils

Handicap International mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer et interdire l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique effroyable, courante dans les conflits actuels, en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Ukraine, etc. Les victimes de cette pratique barbare sont à 92 % des civils. Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux. Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Publié le : 21 septembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

19 400 civils tués ou blessés par des armes explosives en 2019
© P. Houliat / HI
Mines et autres armes

19 400 civils tués ou blessés par des armes explosives en 2019

Le partenaire de Handicap International Action On Armed Violence (AOAV) a publié son bilan 2019 sur les victimes des armes explosives dans le monde, au premier rang desquelles les civils.

Bombardements en zones urbaines : Handicap International dénonce la posture de la France qui réduira à néant les efforts pour protéger les civils
© Waleed Khaled / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements en zones urbaines : Handicap International dénonce la posture de la France qui réduira à néant les efforts pour protéger les civils

À l’issue d’une rencontre au Quai d’Orsay le 17 janvier, destinée à discuter de la position française sur la Déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones urbaines, Handicap International dénonce la posture du gouvernement qui vide le texte de sa substance. Alors qu’à Idlib en Syrie, des milliers de civils sont sous le feu des bombes, l'association rappelle l’urgence qu’un texte fort soit adopté au niveau international, pour concrétiser un vrai changement dans les pratiques militaires. Elle appelle la France à revoir drastiquement sa posture.

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée le 29 novembre à Oslo en Norvège. Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont le déminage – jusqu’en 2025.