Accès direct au contenu
 
 

Christella : futur médecin ou femme d’affaires ?

Réadaptation
Haïti

Amputée d’une jambe après le terrible séisme de 2010 en Haïti, Christella a reçu une prothèse grâce à Handicap International. Aujourd’hui, à 20 ans, la jeune femme a plein de projets en tête...

Christella (à droite) avec sa mère et une kinésithérapeute de Handicap International, regardant des photos prises par le personnel de l'association lors de leur dernière rencontre

Christella (à droite) avec sa mère et une kinésithérapeute de Handicap International, regardant des photos prises par le personnel de l'association lors de leur dernière rencontre | © Davide Preti / HI

Marie Orbenia Cadet habite avec ses quatre filles dans un petit appartement de Port-au-Prince. « Ce sont toutes de très gentilles filles », confie leur mère. Christella, 20 ans, est la benjamine. Elle avait 10 ans lorsqu’elle a été amputée après avoir été blessée lors du terrible séisme du 12 janvier 2010.    

Grâce au soutien de Handicap International, Christella a reçu une prothèse et a bénéficié de séances de kinésithérapie, ce qui lui a permis de réapprendre rapidement à marcher. Sa mère a également reçu un soutien financier de l'association pour ouvrir son petit magasin, qui lui permet de subvenir aux besoins de la famille. Aujourd'hui Handicap International suit toujours l’évolution de la situation de Christella, elle a notamment reçu une nouvelle prothèse.

Apporter quelque chose de meilleur aux patients

Du séisme, Christella n’a pas beaucoup de souvenirs. Elle préfère aller de l’avant et penser à son avenir. Depuis l'été 2019, elle est diplômée de l’enseignement secondaire. Elle veut poursuivre ses études mais hésite toujours : médecine ou gestion d’entreprise ? Si Christella aimerait devenir médecin, c’est forcément lié à ses nombreux séjours et visites à l’hôpital :

« Quand j’ai été hospitalisée suite au séisme, une infirmière m’a fait une injection qui m’a fait très mal. Je pense qu’elle ne maîtrisait pas bien la technique. S’il y avait eu un médecin présent, la prise en charge aurait été meilleure. Si je deviens médecin, je pourrai apporter quelque chose de meilleur aux patients. »

Elle hésite pourtant encore : la seule université financièrement accessible se situe dans un quartier où les manifestations sont fréquentes. Un rien peut donc mettre le feu aux poudres : « Il y a toujours du bruit, des tirs.. Moi, avec ma prothèse, je ne peux pas courir vite. J’envisage donc vraiment des études en gestion », explique Christella. Mais elle ajoute très vite : « Mais si par hasard j’obtiens une bourse d’études pour aller suivre des études de médecine à l’étranger, je suis partante ! ».

Et quand on lui demande comment elle se sent globalement, Christella ne se laisse pas facilement démonter : « Si une personne m’interroge sur ma prothèse, j’explique ce qu'il s’est passé. Pour moi, il n’y a pas de problème. C’est cool. »


> Lire l'article "10 ans après le séisme en Haïti"

Publié le : 10 janvier 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

Kay Reh, 17 ans, blessé par un engin explosif dans son champ
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Kay Reh, 17 ans, blessé par un engin explosif dans son champ

Depuis 2012, Handicap International a sensibilisé près de 13 000 personnes vivant dans les neufs camps de réfugiés situés le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar sur les risques liés aux restes explosifs de guerre. Kay Reh, 17 ans, n'a pas pu éviter l'accident.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris