Go to main content

Campagne #school4all : améliorer l’accès des enfants handicapés à l’école

Scolariser les enfants handicapés
International

Alors que l’éducation est un droit universel, 32 millions d’enfants handicapés dans le monde ne sont pas scolarisés. Handicap International lance ce 5 juillet la campagne mondiale #school4all (école pour tous) afin de leur ouvrir les portes de l’école. Une priorité pour l’association qui agit dans 31 pays afin de permettre à plus de 144 000 enfants de recevoir une éducation.

Au Cambodge, Channa (à droite), 7 ans. Amputé d'une jambe, elle est aujourd'hui parfaitement intégrée dans sa classe.

Au Cambodge, Channa (à droite), 7 ans. Amputé d'une jambe, elle est aujourd'hui parfaitement intégrée dans sa classe. | © Lucas Veuve / HI

Des chiffres alarmants

Dans le monde, 264 millions d’enfants et d’adolescents ne vont pas à l’école. Et plus de 32 millions d’enfants handicapés dans les pays à revenu faible et moyen ne sont pas scolarisés. Le fait de ne pas aller à l’école renforce leur niveau de pauvreté, et les rend plus exposés à l’exclusion sociale, aux violences et aux discriminations. Or, tous les enfants, y compris les enfants handicapés, ont droit à une éducation de qualité et gratuite.

La campagne #school4all

Afin de mobiliser le public sur ce problème de taille, Handicap International (HI) lance la campagne d’appel aux dons #school4all (école pour tous). Diffusée dans 8 pays (Belgique, Canada, France, Luxembourg, Suisse, Royaume Uni, États-Unis), elle sera essentiellement relayée par voie digitale. Des mailings papiers d’appel aux dons pour l’éducation inclusive seront également envoyés aux donateurs.

De nombreux obstacles

« D’une part, de nombreux parents, membres de communautés ou accompagnants scolaires, souvent peu informés, ont des réactions négatives envers les enfants handicapés (peur, tradition culturelle, etc.). De plus, les écoles, parfois situées loin du domicile, ne sont pas toujours accessibles, et les infrastructures scolaires pas suffisamment adaptées (manque de rampes, de toilettes adaptées, de lumières pour enfant malvoyant…). Les enseignants utilisent souvent des méthodes pédagogiques basées sur le recopiage ou la répétition orale, qui ne sont pas toujours adaptées aux enfants handicapés. Enfin, au niveau politique national et local, le handicap est encore trop souvent abordé selon une approche médicale (réadaptation et soins), pas suffisamment sous l’angle de l’intégration dans l’école et la société. »

Sandra Boisseau, experte en éducation inclusive pour HI

Des projets dans 31 pays

HI favorise l’accès à l’école pour les enfants handicapés depuis 2004* et développe des projets dans 31 pays en Amérique Latine, en Afrique de l’Ouest, Centrale, du Nord et de l’Est, au Moyen-Orient et en Asie.

Exemples d'actions de HI :

  • Développement de dispositifs qui favorisent l’inclusion scolaire des enfants qui ont une déficience sévère (enfants sourds ou aveugles, déficience intellectuelle, etc.), par exemple la mise en place d’un réseau d’enseignants itinérants ou de classes transitoires.
  • Activités de sensibilisation et de mobilisation afin d’informer les communautés, les parents… à l’importance de scolariser les enfants handicapés.
  • Formation des enseignants, des élèves-maîtres, etc. afin qu’ils prennent en charge les enfants handicapés. 
  • Outils pédagogiques et méthodes adaptées aux enfants ayant une déficience auditive, visuelle ou intellectuelle.
  • Mise en accessibilité des infrastructures scolaires à tous les enfants (installation de rampes, de toilettes adaptées, etc.).
  • Plaidoyer auprès des ministères de l’Éducation afin que la question de l’éducation inclusive pour les enfants handicapés soit prise en compte. Objectif : faire progresser le droit à une éducation inclusive de qualité.
  • Participation aux grandes rencontres nationales et internationales liées à l’inclusion des personnes handicapées**.

Visitez la page spéciale #school4all

Téléchargez le dossier complet au format PDF

* Handicap International travaille dans le secteur de l’éducation depuis 1998.
** En lien avec le réseau d’ONG européennes regroupées au sein du consortium IDDC (International Disability in Development Consortium). Handicap International est également membre des coalitions françaises et britanniques de la Campagne mondiale pour l’éducation (CME).

Publié le : 5 juillet 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Armes explosives en zones peuplées : protéger les civils doit être une priorité
© William Daniels / HI
Mines et autres armes

Armes explosives en zones peuplées : protéger les civils doit être une priorité

Handicap International participe à des discussions à Genève le 12 septembre sur l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. L’occasion de partager les pratiques militaires permettant de minimiser l’impact humanitaire des bombardements. Engagée dans la campagne internationale "Stop Bombing Civilians" qui vise à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, l’ONG témoignera des conséquences humanitaires qui en découlent.

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils
© Philippa Poussereau / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils

Le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions fait état d’une baisse importante du nombre de victimes entre janvier 2017 et août 2018. Cette avancée notable occulte néanmoins une réalité inacceptable : la quasi totalité des victimes de ces armes barbares sont des civils.

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de ce texte signé par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.