Go to main content

« C’est en prenant mon fils dans mes bras que j’ai compris »

Réadaptation Urgence
Syrie

Firas, 8 ans, a été gravement blessé lors d’un bombardement en Syrie à l'été 2016. Paralysé, il ne peut plus se rendre à l’école ou réaliser des tâches simples. Handicap International accompagne le garçon à travers des sessions de réadaptation afin de lui redonner de la mobilité. L’association est en mesure d’apporter son aide à la population syrienne grâce au soutien du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) et de son partenaire local en Syrie.

Le jeune Firas, victime d'un bombardement en Syrie, lors d’une session de réadaptation avec Handicap International

Le jeune Firas, victime d'un bombardement en Syrie, lors d’une session de réadaptation avec Handicap International | © Handicap International

C’est en juillet 2016 que la vie de Firas a basculé. Le jeune Syrien était chez lui quand son quartier a été touché par un bombardement. Sa mère, qui l’accompagne aujourd’hui pour une nouvelle séance de kinésithérapie, raconte : « Je m’en rappelle comme si c’était hier. C’était un jour d’été, en fin de matinée. J’ai entendu le bruit d’un avion et j’ai immédiatement appelé mes enfants. Avec le temps, nous avions pris l’habitude de nous réfugier dans notre cave, dès que nous entendions un avion approcher. »

« À peine avais-je commencé à crier que le bombardement a commencé sur un immeuble de l’autre côté de la rue. J’ai pris mes deux filles dans mes bras et j’ai intimé Firas de courir avec nous vers la cave. Mon fils m’a dit qu’il ne pouvait pas bouger. J’ai pensé qu’il était paralysé par la peur et j’ai accouru vers lui pour le porter aussi. C’est en le prenant dans mes bras que j’ai senti un liquide chaud couler dans le bas de son dos. J’ai compris qu’il saignait et je me suis mise à crier pour que quelqu’un nous vienne en aide. Des ambulances sont arrivées et mon fils a été transporté à l’hôpital. Les médecins ont d'abord tenté de stopper le saignement. La blessure de Firas était si grave qu’il a ensuite été transféré dans un autre établissement de santé pour être opéré d’urgence. Il a dû rester dans cet hôpital un mois et demi avant de pouvoir rentrer à la maison. »

Depuis son accident, Firas ne peut plus marcher. « Je ne peux plus aller à l’école avec mes amis ou jouer au foot avec eux », dit-il tristement. Handicap International et son partenaire local l'aident à retrouver sa mobilité afin de le rendre plus autonome dans ses mouvements au quotidien. « Nous renforçons ses muscles pour qu’il puisse être en mesure de se déplacer seul à nouveau », explique le kinésithérapeute pendant la session de réadaptation.

Plus d’un million de personnes ont été blessées en Syrie depuis le début du conflit et plus de 11 millions de civils ont actuellement besoin de soins de santé*. Avec l’appui de ses partenaires locaux, Handicap International apporte son aide à la population du pays.

http://www.unocha.org/syrian-arab-republic/syria-country-profile/about-crisis


> Avec Handicap International, dites STOP aux bombardements des civils !

Publié le : 13 mars 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen
© Elisa Fourt / HI

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen

En vidéo, François Olive-Keravec, directeur du programme Yémen de Handicap International, fait le point sur la situation et les besoins urgents de la population yéménite, dans ce pays qui connaît l’une des plus graves crises humanitaires de la planète. Malgré des conditions de travail compliquées, Handicap International apporte son aide à un maximum de personnes.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.