Go to main content

Bombes à sous-munitions : interdites mais toujours présentes dans les arsenaux de guerre

Mines et autres armes

Publié ce 1er septembre, le rapport 2016 de l’Observatoire des sous-munitions rend compte d’une utilisation intensive et répétée de bombes à sous-munitions (BASM) en Syrie et au Yémen entre 2015 et 2016. Interdites par la Convention d’Oslo depuis 2010, ces armes ont fait 97 % de victimes civiles en 2015, parmi lesquelles 36 % d’enfants. Alors que la conférence des États parties à la Convention d’Oslo se tient du 5 au 7 septembre à Genève, Handicap International appelle les États à faire pression sur les belligérants pour qu’ils cessent d’utiliser ces armes barbares.

Mohamed jouait au football avec ses amis lorsqu’un objet brillant attira son attention. Il commença à jouer avec, c’était une sous-munition qui explosa. Des fragments furent projetés sur plusieurs mètres. L’enfant a été touché à la main et au visage.

Mohamed jouait au football avec ses amis lorsqu’un objet brillant attira son attention. Il commença à jouer avec, c’était une sous-munition qui explosa. Des fragments furent projetés sur plusieurs mètres. L’enfant a été touché à la main et au visage. | © G. Diffidenti / Handicap International

En Syrie, les BASM sont devenues « la norme »

Le rapport* dénonce une escalade de l’utilisation des bombes à sous-munitions en Syrie : 76 attaques utilisant des bombes à sous-munitions (BASM) ont été recensées entre septembre 2015 et juillet 2016, un bilan probablement en dessous de la réalité. Cette recrudescence intervient dans un pays déjà lourdement frappé par ce type d’armes, puisque 10 des 14 gouvernorats du pays ont été affectés par 360 attaques utilisant des sous-munitions depuis juillet 2012. Selon les chercheurs de l’Observatoire, des attaques faisant usage de BASM sont rapportées quasi quotidiennement en Syrie.

« L’utilisation répétée de sous-munitions en Syrie et au Yémen montre l’absence totale de considération pour la vie des civils et, dans certains cas, la volonté délibérée de les cibler. Handicap International appelle les belligérants – États et groupes armés non étatiques – à respecter le droit international : à stopper immédiatement toute utilisation de sous-munitions, à faire pression sur leurs alliés qui en utilisent et à cesser sans délai de vendre ou de transférer ces armes. »

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International

Yémen, un drame humanitaire passé sous silence

Alors que les Yéménites subissent un conflit d’une extrême violence, le pays a disparu des radars médiatiques. L’intervention de l’Arabie Saoudite et de la coalition qu’elle dirige contre Ansar Allah (les rebelles Houthis) depuis le 25 mars 2015 a eu pour conséquence une utilisation de BASM lors d’au moins 19 attaques entre avril 2015 et février 2016. Comme en Syrie, un grand nombre de ces attaques ont eu lieu dans des zones urbaines et peuplées : dans des marchés, les écoles, les hôpitaux… Ces utilisations ont conduit les États-Unis à suspendre, en mai dernier, leurs ventes de sous-munitions à l’Arabie Saoudite.

Utilisateurs et producteurs pointés du doigt

Au total, 5 États et 1 territoire étaient concernés par l’utilisation de BASM entre janvier 2015 et juillet 2016 : à l’instar de la Syrie et du Yémen, l’utilisation de BASM a été recensée en Ukraine, au Soudan et en Libye début 2015. Il est très probable que des BASM aient également été utilisées en avril 2016au Haut-Karabagh, territoire disputé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. 16 pays dans le monde sont toujours répertoriés comme producteurs, notamment la Chine, la Russie, et Israël. Les États-Unis ne produisent plus de BASM à ce jour mais ne s’interdisent pas d’en produire de nouveau. 59 pays en stockent plusieurs millions à travers le monde. Les États-Unis en détiendraient 3 millions. En revanche, l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni, qui ont signé la Convention d’Oslo, ont récemment détruit la totalité de leurs stocks.

97 % de victimes civiles, 36 % d’enfants

Une bombe à sous-munitions se présente comme un conteneur rempli de mini-bombes explosives, appelées « sous-munitions ». Ce conteneur peut être un obus, une roquette, un missile… Largué par avion ou par voie terrestre, il s’ouvre en vol et libère sur de larges surfaces un véritable tapis de bombes, frappant une majorité de civils. Les BASM tuent, blessent, mutilent au moment de l’attaque mais représentent aussi un danger à long terme. Jusqu’à 40 % d’entre elles n’explosent pas quand elles touchent le sol. Toujours actives, elles peuvent exploser à tout moment, dès la moindre manipulation et deviennent aussi dangereuses que des mines antipersonnel. Des zones entières deviennent alors inhabitables, entravant la reprise de la vie sociale et économique, forçant les populations à se déplacer. Les sous-munitions ont fait 97 % de victimes civiles en 2015, parmi lesquelles 36 % d’enfants.

Que dit la Convention d’Oslo ?

Entrée en vigueur en août 2010, cette convention internationale a été signée par 119 États. Elle interdit l’utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions. Elle inclut également des obligations pour les États parties comme l’aide aux victimes et le déminage des zones contaminées. Handicap International a activement participé à sa mise en œuvre et contribue à la production du rapport.

* Chaque année, l’Observatoire des sous-munitions, dont fait partie Handicap International, dresse un bilan de la situation des bombes à sous-munitions dans le monde. Téléchargez le rapport 2016 (en anglais, format PDF)

Infographie de Handicap International présentant un planisphère avec les pays concernés par des victimes de restes de sous-munitions depuis 2015 © Handicap International


Sur le même thème : 

Publié le : 1 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total
© Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total

Les organisations signataires présentes sur le terrain, dont Handicap International, appellent à la cessation immédiate des hostilités au Yémen, y compris à Sanaa. Elles demandent également aux parties au conflit de permettre un accès humanitaire total et sans entraves aux personnes dans le besoin afin de faciliter l'acheminement du fret humanitaire.

Traité d’Ottawa : 20 ans de victoires contre les mines, et encore tant à faire…
© Eric Martin / Figaro Magazine / HI
Mines et autres armes

Traité d’Ottawa : 20 ans de victoires contre les mines, et encore tant à faire…

Les 3 et 4 décembre 1997, le Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel était signé, marquant une victoire diplomatique sans précédent dans la lutte contre les "armes des lâches". Grâce à lui, le nombre de victimes a diminué, des millions de mines ont été détruites et l’utilisation de ces armes a été quasiment stoppée. Néanmoins, depuis 2014, les nombreux conflits voient l’utilisation de mines augmenter et le nombre de leurs victimes s’accroître. L’occasion de rappeler aux États qu’ils doivent rester mobilisés contre les mines, pour que cesse définitivement toute utilisation, que les financements nécessaires à leur éradication soient à hauteur de la tâche encore à accomplir et pour que les victimes ne soient pas oubliées.