Go to main content
 
 

Les bombardements en zones peuplées, un désastre pour les civils

Déminer les terres Mines et autres armes
International

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a discuté le 23 mai de la protection des civils dans les conflits armés. Une délégation de Handicap International était présente au siège de l'ONU pour convaincre les États de s'engager contre les bombardements en zones peuplées. À la tête de cette délégation, Alma Al Osta, responsable Plaidoyer armes, explique les actions de l'association.

Destructions dans la ville de Jalawla, en Irak (photo d'archive)

Destructions dans la ville de Jalawla, en Irak (photo d'archive) | © E. Fourt / HI

Dialogue avec les États

La délégation de Handicap International (HI) au siège de l'ONU avait programmé une vingtaine de réunions avec des délégations d’État pour les convaincre de s'engager contre les bombardements en zones peuplées. Quelques jours avant, l'association leur avait adressé un courrier pour les inciter à reconnaître que les bombardements en zones peuplées représentaient un problème majeur pour la protection des civils dans les conflits armés. HI leur demande également de soutenir le processus politique engagé par l'Autriche, l'Irlande et plusieurs autres États en faveur d'une déclaration politique internationale contre les armes explosives en zones peuplées. Handicap International travaille depuis plusieurs années avec les États et d'autres ONG à une telle déclaration politique.

Témoigner des souffrances des civils

Lors d'une conférence en marge du débat du Conseil de sécurité le 23 mai, HI a rendu compte de ce que ses équipes observent sur le terrain, les souffrances des civils causées par les bombardements en zones urbaines : blessures invalidantes, traumatismes psychologiques, destruction des infrastructures civiles vitales, y compris les hôpitaux et les écoles, déplacements de population, contamination par les restes explosifs... Les bombardements en zones peuplées ont des conséquences désastreuses et à long terme pour les civils, comme on le voit actuellement en Syrie, en Libye, au Yémen, etc.

92 % des victimes sont des civils

Les bombardements en zones peuplées sont devenus une pratique presque courante dans les conflits armés. Les civils sont les principales victimes. Selon Action on Armed Violence armée (AOAV), plus de 42 000 personnes ont été tuées ou blessées en 2017 par des armes explosives – bombes, mortiers, roquettes, etc. Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, 92 % des victimes sont des civils.

Qu'est-ce que la protection des civils ?

Pendant un conflit armé, ceux qui ne participent pas aux combats ne doivent pas être attaqués. Ils doivent être épargnés et protégés. La notion de "protection des civils" englobe les règles du Droit international humanitaire pour protéger tous les hommes, femmes et enfants qui ne participent pas aux hostilités.

Il y a 20 ans, première résolution de l'ONU sur la protection des civils

En 1999, le Conseil de sécurité des Nations Unies a constaté que les civils étaient devenus les principales victimes des conflits armés et a adopté sa première résolution sur la protection des civils (Résolution 1265) : « Les civils constituent la grande majorité des victimes des conflits armés et (...) les combattants et autres éléments armés les prennent de plus en plus pour cibles ». La même année, le Conseil de sécurité a décidé de la première mission de maintien de la paix consacrée à la protection des civils (Sierra Leone).

 

 

Publié le : 23 mai 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer
© CARE - photo d'archive
Insertion Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer

À l’occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes, le 13 octobre, les experts de Handicap International expliquent la démarche d’inclusion de l'association dans des initiatives de renforcement de la résilience.

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 États se sont réunis les 1er et 2 octobre lors de la Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines. Une majorité est prête à travailler sur une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront durant les prochains mois seront décisives.

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités

Plus de 90 États participent à la Conférence de Vienne qui a lieu les 1er et 2 octobre. Cette rencontre cruciale marque le début des discussions sur la déclaration politique internationale visant à mettre fin à l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International, explique les derniers préparatifs.