Go to main content
 
 

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir

Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables
International

133 États se sont réunis les 1er et 2 octobre lors de la Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines. Une majorité est prête à travailler sur une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront durant les prochains mois seront décisives.

Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines, 1er et 2 octobre 2019 à Vienne en Autriche - Handicap International

Représentants des États à la Conférence de Vienne début octobre | © HI

133 États ont répondu à l'invitation de l'Autriche pour entendre les souffrances humaines causées aux civils par les bombardements dans les zones urbaines et pour discuter des aspects techniques, juridiques et militaires des guerres urbaines. La Conférence de Vienne, première de cette envergure sur le sujet, s’est avérée cruciale pour faire face aux conséquences humanitaires dévastatrices de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Le grand nombre d'États participant à la conférence est déjà un réel succès après des années de mobilisation de plusieurs pays et d’organisations engagées comme Handicap International et les membres de la coalition INEW (Réseau international des armes explosives). La majorité des États présents à la conférence ont enfin reconnu l'urgence d'agir : ils sont prêts à discuter pendant les prochains mois d’une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. La France s'est finalement déclarée favorable à cette initiative, notamment grâce au plaidoyer incessant de Handicap International qui porte la voix des victimes.

« Nous sommes très heureux de constater que les États agissent enfin et sont prêts à discuter d’une déclaration politique, comme nous le demandons depuis longtemps. Pour soulager les souffrances des civils qui vivent sous la menace de bombardements et de la contamination à long terme par des restes explosifs de guerre, ne rien faire ne peut pas être une option. Nous participerons de manière constructive à ce processus, fournirons des données probantes sur les zones touchées et intensifierons les campagnes publiques pour mettre fin à l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées et améliorer l’aide aux victimes des bombardements. »

Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International

Les conflits armés se déroulent de plus en plus dans les zones peuplées, principalement dans les villes. L'impact de l'utilisation d'armes explosives est dévastateur pour les civils : selon l'Action contre la violence armée (AOAV), 20 384 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2018. Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, 90 % des victimes sont des civils. L'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées entraîne également la destruction d'infrastructures essentielles comme les maisons, les hôpitaux, les écoles, les systèmes d'approvisionnement en eau et en électricité, laisse une contamination massive par des munitions non explosées et est un des principaux moteurs des déplacements de population.

Interpeller ses députés

La prochaine phase de négociations, qui débutera par une première réunion le 18 novembre prochain à Genève, devrait s'achever par une conférence prévue en mai 2020 à Dublin, au cours de laquelle une déclaration politique devrait être ouverte à signature. Handicap International et les membres d’INEW poursuivront le dialogue avec les États pour les convaincre d'appuyer pleinement une déclaration politique ferme visant à mettre fin à l'emploi des armes explosives lourdes dans les zones peuplées et à venir en aide aux populations impactées.

Handicap International appelle les citoyens à mobiliser leurs représentants parlementaires dans 7 pays (Allemagne, Belgique, Canada, France, Luxembourg, Suisse et Royaume-Uni) et à s'assurer que leurs gouvernements respectifs s'engageront dans ce combat. Les citoyens sont invités à écrire à leurs députés sur une plateforme en ligne dédiée pour demander à leur gouvernement de s'engager dans ce combat pour protéger les civils.

Soutenez les victimes de bombardements, interpellez vos députés !

 

Un monument en l’honneur des victimes civiles

Handicap International a rappelé aux participants de la Conférence de Vienne les souffrances des civils en installant sur place le "Monument au civil inconnu". Le président de la conférence, Thomas Hajnoczi, le vice-président du Comité International de la Croix-Rouge, Gilles Carbonnier, le directeur des politiques et des études au Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), et la directrice du Plaidoyer de Handicap International, Anne Héry, ont déposé des fleurs au pied du monument en hommage aux victimes des armes explosives. Ce monument a déjà été installé à Paris le 26 septembre dernier en amont de la Pyramide de chaussures et sera également présenté prochainement dans d'autres lieux. 

Un moment historique pour les civils victimes des guerres
Le combat contre les bombardements en zones peuplées est un moment historique pour les populations vivant dans les conflits. Il y a plus de 20 ans, Handicap International et la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL) ont réussi à interdire ces armes avec l'adoption du Traité d'Ottawa (1997). En 2008, l'association et la Cluster Munition Coalition (CMC) ont réussi à faire interdire les armes à sous-munitions avec l'adoption du Traité d'Oslo. Handicap International et la coalition INEW ont aujourd’hui une nouvelle occasion d'écrire l'histoire et d’obliger les États et leurs armées à mieux protéger les civils dans les conflits. Le combat de Handicap International est toujours le même : protéger les civils dans les conflits armés.
Publié le : 3 octobre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée le 29 novembre à Oslo en Norvège. Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont le déminage – jusqu’en 2025.

Les personnes handicapées sont toujours exclues
© Kate Holt / HI
Droit Insertion

Les personnes handicapées sont toujours exclues

Alors qu’on célèbre le 3 décembre la Journée internationale des personnes handicapées, Handicap International appelle les gouvernements et les acteurs de l’aide au développement et de l'action humanitaire à tout mettre en œuvre pour inclure les personnes handicapées et lever les discriminations dont elles sont victimes.

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines fait état, pour la quatrième année consécutive, d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines dans le monde, en particulier de restes explosifs de guerre et de mines improvisées. Alors que les États parties au Traité d’Ottawa se réunissent fin novembre à Oslo, Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares.