Goto main content
 
 

Bombardements des villes : il est temps d’arrêter de jouer avec la vie des civils

Stop aux bombardements des civils
International

Le retour des négociations diplomatiques, prévu en novembre 2021, devra aboutir à une Déclaration politique ambitieuse contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Mobilisée depuis six ans sur la question, Handicap International ne lâche rien et poursuit son travail de lobbying auprès des États. Avec le soutien des citoyens, l’association entend une nouvelle fois changer l’histoire, comme ce fut le cas contre les mines et les sous-munitions.

Scène de destruction en zone urbaine suite à un bombardement. Image d'archive Handicap International Irak

Destruction en zone urbaine suite à un bombardement en Irak (image d'archive) | © Shwan Nawzad / HI

De quoi parle-t-on ?

Les bombes continuent de pleuvoir au Yémen, en Palestine, en Syrie ou en Libye, tuant ou blessant des civils mais détruisant également des infrastructures vitales comme les hôpitaux, les écoles ou encore les routes. Il est urgent d’agir pour stopper ces pratiques barbares. Pour la dixième année consécutive, plus de 90 % des victimes des bombardements en zones peuplées sont des civils

« Sur le long terme, les bombardements en zones urbaines sont une condamnation à mort pour les civils. »

Yasmine Daelman, responsable Plaidoyer de Handicap International au Yémen

Elles étaient 15 % de victimes civiles en 14-18, 50 % en 1945 ; elles sont aujourd’hui 90 % dans les conflits actuels. Qui peut encore décemment parler de dommages collatéraux ? Idlib, Aden, Raqqa, Mossoul, Donetsk et aujourd’hui Gaza... ces villes bombardées sont devenues le symbole du mépris le plus total pour la vie des civils. Bombardements massifs et disproportionnés, pilonnages sans distinction au cœur des villes et sur des infrastructures aussi vitales que des hôpitaux, les guerres contemporaines piétinent jour après jour les principes les plus élémentaires du Droit international humanitaire sous le regard impuissant de la communauté internationale.

Bombes aériennes, missiles, roquettes, obus de mortiers… pour n’en citer que quelques-unes, ces armes tuent, blessent et traumatisent les individus, forcent des populations entières à fuir, endommagent les bâtiments ou les infrastructures situés dans la zone où elles explosent et celles qui n’ont pas explosé à l’impact demeurent dangereuses longtemps après les combats.

Le rôle de Handicap International

En 2015, témoins jour après jour des conséquences des bombardements massifs et disproportionnés sur les civils, Handicap International et 19 ONG créent le collectif INEW destiné à agir sur le plan politique pour enrayer l’incroyable escalade du nombre de victimes civiles.

Le collectif défend alors l’idée d’une Déclaration politique internationale des États destinée à encadrer l’utilisation des armes explosives « à large rayon d’impact » en zones peuplées, reposant principalement sur deux piliers essentiels :

  • Mettre fin à l’utilisation des armes les plus destructrices dans les villes
  • Contraindre les États à un devoir d'action et de réparation

Les 1er et 2 octobre 2019, la Conférence de Vienne destinée à poser les bases de l’accord des États marque un tournant historique pour le combat. À l’issue ce rendez-vous, 84 États se disent favorables à un accord, dont la France. Ces discussions doivent aboutir à la Conférence de Dublin, destinée à adopter le texte final et à l’ouvrir à la signature des États. Initialement prévue en mai 2020 et reportée fin 2021 / début 2022 en raison de la crise sanitaire, l’objectif de cette conférence est de convaincre les États d’adopter un texte final ambitieux et suffisamment contraignant pour avoir un impact sur le terrain.

Portrait de Baptiste Chapuis de Handicap International« Nous devons redoubler d’efforts pour convaincre les États d’adopter une Déclaration politique ambitieuse. Ils font aujourd’hui face à un choix historique : continuer à utiliser des armes dont nous connaissons l’impact désastreux dans les villes, ou protéger véritablement les civils. »

Baptiste Chapuis, responsable Plaidoyer à Handicap International

Parallèlement à son travail de pression sur les États, Handicap International a mobilisé les citoyens notamment à travers l’interpellation de leurs députés ou via sa pétition en ligne. L’association porte également la voix des victimes de bombardements, comme par exemple à l’Assemblée nationale en 2019 et organise des événements médiatiques forts tels que l’inauguration du tout premier Monument au Civil Inconnu à Paris.

En 2021, l'association lance une campagne au message retentissant : « Arrêtons de jouer avec la vie des civils ».

Les citoyens français en renfort sur les Pyramides Solidaires

Dans ce contexte sanitaire, Handicap International a adapté son événement annuel de mobilisation du public français contre les bombardements de civils : depuis septembre 2020, les Pyramides de chaussures sont devenues les Pyramides Solidaires.

Portrait de Xavier du Crest, Directeur de Handicap International France« Ces Pyramides sont le dernier temps fort avant la finalisation des négociations diplomatiques. Chaque citoyen peut signer en ligne une pétition pour nous aider à porter ce combat, et nous agissons aussi au plus haut niveau des États. L’implication des citoyens est essentielle, simplement pour réussir à mobiliser encore plus d’États dans notre combat en signant et partageant nos appels à la mobilisation. C’est un moment crucial pour nous tous. Et c’est bien la pression de la rue, la mobilisation de tous et toutes qui permet de faire adhérer les États. Nous avons la possibilité, tous ensemble, de faire un geste décisif. Ne laissons pas passer cette opportunité ! »

Xavier du Crest, Directeur France de Handicap International

Pyramides en présentiel, signature de la e-pétition, don pour soutenir les victimes des bombardements... vous avez l'embarras du choix pour prendre part à nos côtés à ce combat contre l’intolérable !
> Pour découvrir comment, rendez-vous sur pyramides-solidaires.fr

Portrait d'Hélène Robin de Handicap International« Handicap International appelle les citoyens à passer à l’action, pour que l’écho de la mobilisation résonne partout en France. Parce qu’il n’y a pas de "petites" mobilisations, les Pyramides Solidaires sont multiples et variées, à l’image des citoyens qui s’élèveront pour clamer haut et fort le thème de cette 27e édition : "Arrêtons de jouer avec la vie des civils !". »

Hélène Robin, responsable Mobilisation à Handicap International

     

Publié le : 1 septembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Réduction des risques de catastrophe : un besoin humanitaire croissant
© B. Almeras / HI
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

Réduction des risques de catastrophe : un besoin humanitaire croissant

La fréquence et l'intensité des catastrophes naturelles ne cessent d'augmenter. Les populations vulnérables et les pays à faible revenu en subissent les plus grandes conséquences. Explications à l'occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe, le 13 octobre.

"Notre objectif est de minimiser l'impact des catastrophes"
© HI / photo d'archive
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

"Notre objectif est de minimiser l'impact des catastrophes"

Alors que le nombre de catastrophes naturelles ne cesse d'augmenter, Jennifer M'Vouama, chargée de plaidoyer pour la réduction des risques de catastrophes à Handicap International, explique l'importance de l'inclusion dans la réponse des ONG.

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays
© Florent Vergnes / HI
Déminer les terres Stop aux bombardements des civils

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays

Un rapport de Handicap International dresse, cinq ans après la fin de la guerre, un tableau édifiant du quotidien des Irakiens, dont certains ont trop peur de laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints pour avoir un revenu de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris