Go to main content

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Mines et autres armes
Syrie

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

Ahlam, 8 ans, a été victime d'un bombardement en 2013, elle a dû se faire amputer de la jambe droite. | © Elias Saade / HI

Les trois-quarts des personnes tuées dans le conflit syrien sont des civils[1], rappelle le Lancet (71 % des personnes tuées contre 29% de combattants entre 2011 et 2016). Certaines armes, du fait de leur large rayon d’impact, tuent presque exclusivement les civils...

En raison de l’intensité des bombardements aériens, la proportion d'enfants tués par le conflit est passée de 9 % en 2011 (sur un total de 4 354 civils tués) à 23 % en 2016 (sur un total de 11 444 civils tués).  Le rapport précise : « Les bombardements aériens sont devenus la première cause de décès des femmes et des enfants, et ont des conséquences disproportionnées sur les civils, remettant en cause sur l’utilisation des armes explosives à large rayon d’impact en zones urbaines. »

Réviser les politiques et pratiques militaires

Des exemples montrent que les politiques et pratiques militaires peuvent être revues pour mieux prendre en compte l’impératif de protection des civils. Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International (HI), rappelle que « la communauté internationale doit se mobiliser pour mettre fin à l’utilisation d’armes explosives à large impact en zones peuplées. Un travail doit être entrepris sur les politiques et pratiques militaires, incluant un échange de bonnes pratiques au niveau international

La mobilisation citoyenne

Depuis plusieurs mois, HI invite le public à signer la pétition contre le bombardement des civils. HI défend auprès des Etats le projet d’une déclaration politique pour affirmer trois engagements principaux : que les Etats mettent fin à l’utilisation des armes explosives à large impact en zones peuplées, qu’ils reconnaissent les souffrances des civils et assistent les victimes, et qu’ils travaillent à la révision des politiques et pratiques militaires. L’élaboration d’une telle déclaration politique est un objectif important du combat de HI. L’association souhaite mobiliser un grand nombre d’Etats sur cette question, pour aboutir à une amélioration concrète de la protection des civils dans les conflits.

 

[1] Chiffres construits sur la base d’un corpus de 143 630 tués dont les informations sur les causes du décès sont complètes.

Publié le : 19 décembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Votre aide a renforcé notre motivation"
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation Urgence

"Votre aide a renforcé notre motivation"

Talal et sa famille sont réfugiés au Liban depuis le début de la guerre en Syrie. L’année dernière, le père de famille a été victime d’un grave accident et est aujourd'hui partiellement paralysé. Handicap International l’accompagne avec des soins de kinésithérapie.

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.