Accès direct au contenu
 
 

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Mines et autres armes
Syrie

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

Ahlam, 8 ans, a été victime d'un bombardement en 2013, elle a dû se faire amputer de la jambe droite. | © Elias Saade / HI

Les trois-quarts des personnes tuées dans le conflit syrien sont des civils[1], rappelle le Lancet (71 % des personnes tuées contre 29% de combattants entre 2011 et 2016). Certaines armes, du fait de leur large rayon d’impact, tuent presque exclusivement les civils...

En raison de l’intensité des bombardements aériens, la proportion d'enfants tués par le conflit est passée de 9 % en 2011 (sur un total de 4 354 civils tués) à 23 % en 2016 (sur un total de 11 444 civils tués).  Le rapport précise : « Les bombardements aériens sont devenus la première cause de décès des femmes et des enfants, et ont des conséquences disproportionnées sur les civils, remettant en cause sur l’utilisation des armes explosives à large rayon d’impact en zones urbaines. »

Réviser les politiques et pratiques militaires

Des exemples montrent que les politiques et pratiques militaires peuvent être revues pour mieux prendre en compte l’impératif de protection des civils. Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International (HI), rappelle que « la communauté internationale doit se mobiliser pour mettre fin à l’utilisation d’armes explosives à large impact en zones peuplées. Un travail doit être entrepris sur les politiques et pratiques militaires, incluant un échange de bonnes pratiques au niveau international

La mobilisation citoyenne

Depuis plusieurs mois, HI invite le public à signer la pétition contre le bombardement des civils. HI défend auprès des Etats le projet d’une déclaration politique pour affirmer trois engagements principaux : que les Etats mettent fin à l’utilisation des armes explosives à large impact en zones peuplées, qu’ils reconnaissent les souffrances des civils et assistent les victimes, et qu’ils travaillent à la révision des politiques et pratiques militaires. L’élaboration d’une telle déclaration politique est un objectif important du combat de HI. L’association souhaite mobiliser un grand nombre d’Etats sur cette question, pour aboutir à une amélioration concrète de la protection des civils dans les conflits.

 

[1] Chiffres construits sur la base d’un corpus de 143 630 tués dont les informations sur les causes du décès sont complètes.

Publié le : 19 décembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé
© HI
Mines et autres armes

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé

Le Rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle de nouvelles attaques les utilisant en 2019. Handicap International poursuit son combat et appelle tous les États à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes, dont 99 % des victimes sont des civils. L’association demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de rejoindre la Convention d’Oslo.

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Les armes à sous-munitions ont été utilisées récemment dans la guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Gary Toombs, spécialiste de la réduction de la violence armée à Handicap International, explique pourquoi elles sont interdites par la Convention d'Oslo.

Les mines antipersonnel ont encore fait des milliers de victimes civiles en 2019
© D. Telemans / HI
Mines et autres armes

Les mines antipersonnel ont encore fait des milliers de victimes civiles en 2019

Publié le 12 novembre, le Rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines pour la cinquième année consécutive. Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils arrêtent d’utiliser ces armes.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris