Go to main content

Blocus à Madaya : les ONG tirent la sonnette d’alarme

Secourir les victimes
Syrie

Handicap International signe avec 7 autres ONG une déclaration demandant aux parties au conflit syrien de mettre fin au siège des zones civiles et de garantir un accès humanitaire permanent. Une condition sine qua non pour la survie des populations victimes de la guerre.

Réfugiés syriens - photo d'archive Handicap International

© Layla Aerts / Handicap International

Des convois d’aide alimentaire et d’autres produits de première nécessité ont pu entrer à Madaya, ville syrienne assiégée, où la famine a déjà fait plusieurs victimes. Selon les acteurs humanitaires, l’impact de la crise dans ces zones ne pourra être atténué qu’à la fin des sièges qui durent depuis près de six mois. Des garanties doivent impérativement être obtenues pour acheminer régulièrement l’aide humanitaire.

Les ONG alertent sur cette situation dramatique : l’autorisation ponctuelle pour acheminer l’aide ne suffit pas, les distributions d’aide humanitaire sont très insuffisantes et l’on compte de nombreux cas de malnutrition. Face à une pénurie de produits médicaux, le dernier hôpital en activité à Madaya laisse des dizaines de patients démunis et sans soins.

Huit ONG humanitaires, dont Handicap International, appellent l’ensemble des parties au conflit à mettre fin au siège des zones civiles et à garantir un accès humanitaire permanent, comme le prévoit la résolution 2258 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Téléchargez le texte intégral de la déclaration des 8 ONG dont Handicap International

Publié le : 12 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.