Go to main content

Bande de Gaza : Handicap International dénonce l’usage des armes explosives dans les zones peuplées

Lyon, le 26 juillet 2014. Handicap International s’indigne de l’usage d’armes explosives dans les zones très densément peuplées de la bande de Gaza, dans le cadre du conflit entre l’armée israélienne et le Hamas. L’association appelle la communauté internationale à faire pression sur les belligérants pour qu’un cessez-le-feu immédiat soit décrété et que l’accès des secours aux victimes soit garanti. C’est le message qu’elle a pu adresser directement au chef de l’Etat français hier, lors d’une rencontre à l’Elysée.

François Hollande, président de la République française, et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, recevaient hier une délégation d’ONG françaises à propos du conflit israélo-palestinien en cours. Par la voix de Jean-Pierre Delomier, directeur de l’Action d’urgence, Handicap International y a souligné les conséquences désastreuses de l’utilisation massive d’armes explosives dans des zones très peuplées, à l’origine de la majorité des victimes recensées. L’association a rappelé que les bombardements d’hôpitaux et autres services de santé empêchent l’accès aux soins des personnes blessées et vulnérables, dont la survie est menacée ou qui risquent de développer des handicaps irréversibles. L’association demande que tout soit mis en œuvre pour obtenir sans délai un arrêt des combats, afin d’éviter de nouvelles victimes civiles.

Handicap International, co-prix Nobel de la paix pour son combat contre les mines antipersonnel, rappelle que l’utilisation d’armes explosives sur des zones peuplées est contraire aux principes du droit international humanitaire. Par ailleurs, ces bombardements massifs engendrent de nombreux restes explosifs de guerre qui menaceront les populations civiles pendant des mois, voire des années. « Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives frappent sans distinction les hommes, les femmes, les enfants. Cela est inacceptable, » déplore Florence Daunis, directrice générale adjointe en charge des opérations pour Handicap International.

Dans un contexte aussi dégradé, les personnes les plus fragiles sont d’autant plus pénalisées qu’elles ne sont pas en mesure de se déplacer pour se mettre à l’abri, ou pour accéder à l’aide humanitaire. Handicap International soutient les efforts diplomatiques pour la mise en place d’une trêve humanitaire permettant l’envoi d’assistance humanitaire aux habitants de Gaza et réclame la sanctuarisation des lieux de soins pour que les personnes blessées, malades, handicapées et les personnels soignants soient épargnés par les violences.

Depuis le 8 juillet, le conflit a déjà causé la mort de près de 800 personnes, dont 185 enfants, d’après les Nations unies. 37 Israéliens, parmi lesquels deux civils, ont également été tués. Selon le ministère de la Santé palestinien, plus de 5 000 personnes ont été blessées, dont 1 500 enfants et un millier de femmes. Les Nations Unies rapportent également des cas de destructions d’hôpitaux, de centres de santé, d’écoles, de stocks d’aide humanitaire.

Handicap International intervient dans la bande de Gaza depuis 1996 en soutien à des organisations de personnes handicapées. Ses équipes constatent les ravages des attaques, la pression permanente sur la population qui vit dans la peur des explosions, le traumatisme des enfants qui vivent au quotidien ce déluge de violence. Les hôpitaux doivent faire face à une pénurie de matériel, de médicaments, alors que les blessés ne cessent d’affluer.

Handicap International a commencé cette semaine la distribution d’équipements au sein des hôpitaux (aides à la mobilité destinées aux blessés). L’association devrait développer dans les prochains jours un service d’accompagnement postopératoire, en proposant des soins à domicile aux blessés, afin de décharger les hôpitaux. Des actions de soutien psychosocial devraient également débuter dés que les conditions de sécurité le permettront. L’association étudie aussi la possibilité de mettre en place des opérations de dépollution (recherche et destruction de restes explosifs de guerre), à l’issue des opérations militaires.

Contact presse : Sophie Gaguin – 06 60 97 09 38 / 04 26 28 76 47 – sgaguin@handicap-international.fr

Publié le : 26 juillet 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.