Accès direct au contenu
 
 

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer

Inclusion Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population
International Madagascar

À l’occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes, le 13 octobre, les experts de Handicap International expliquent la démarche d’inclusion de l'association dans des initiatives de renforcement de la résilience.

Construction paracyclonique après le passage du cyclone Enawo en 2017 à Madagascar

Construction paracyclonique après le passage du cyclone Enawo en 2017 à Madagascar | © CARE - photo d'archive

Lorsqu’une catastrophe frappe, toutes les populations ne sont pas affectées de la même manière.

« Qu’elles soient causées par les caprices de la nature ou des hommes, les situations d’urgence révèlent souvent les inégalités de la société et la vulnérabilité de certains groupes. Les conséquences ne sont pas réparties de façon égale. Les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes, les enfants et les personnes vivant à la marge sont plus durement touchés. »

Julien Fouilland, expert de HI en réduction des risques de catastrophes

Une meilleure préparation

Lorsqu’une communauté met en place des activités de préparation entre deux catastrophes, non seulement les groupes vulnérables sont rarement invités à y participer, mais ils sont aussi très souvent laissés pour compte par les mesures d’aide, et ont donc plus de mal à se remettre.

La réduction des risques de catastrophes (en anglais "Disaster Risk Reduction" - DRR) vise à diminuer l’exposition aux dangers en diminuant la vulnérabilité des personnes et des habitations, notamment par une meilleure préparation.

Handicap International est présente dans différents pays régulièrement frappés par des catastrophes naturelles. Florence Le Paulmier, conseillère en DRR inclusive, est intervenue dans diverses activités à Madagascar :

« Depuis 2017, Handicap International et son partenaire CARE travaillent auprès de populations vulnérables aux cyclones dans trois régions du pays (côtes Est, Ouest et Nord de l'île). L’une des activités vise à promouvoir des méthodes de construction durables pouvant résister aux vents violents. »

Résilience et inclusion

La photo ci-dessus montre deux structures à la suite du passage du cyclone Enawo en 2017. Le bâtiment encore debout illustre clairement l’efficacité de ces techniques paracycloniques, qui utilisent des matériaux locaux.

Ces mesures simples contribuent à renforcer la résilience et l’inclusion au sein des communautés dans le but de sauver des vies quels que soient l’âge, le sexe ou le handicap. Lorsqu'une catastrophe frappe, personne ne doit être oublié.

Activités de HI pour la réduction des risques de catastrophes (DRR) :

  • Handicap International mène des initiatives de DRR depuis près de 15 ans.
  • L'association conduit actuellement 20 projets de DRR dans 16 pays différents.
  • HI aide les autres acteurs de la réduction des risques de catastrophes à inclure dans leurs plans d'action les personnes présentant des besoins spécifiques.
Publié le : 13 octobre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Guerre Arménie-Azerbaïdjan : HI évalue les besoins des déplacés
© Google Maps
STOP aux bombardements des civils Urgence

Guerre Arménie-Azerbaïdjan : HI évalue les besoins des déplacés

Handicap International évalue les besoins humanitaires des personnes touchées par le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui a provoqué d’importants déplacements de population.

Guerre dans le Haut-Karabakh : les pluies de bombes sur les zones peuplées doivent cesser STOP aux bombardements des civils

Guerre dans le Haut-Karabakh : les pluies de bombes sur les zones peuplées doivent cesser

Handicap International exprime sa profonde inquiétude concernant les souffrances des civils causées par le conflit dans le Haut-Karabakh, dans le Caucase du Sud. Alors que les violences s'intensifient rapidement, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des populations en grave danger.

L'utilisation d’armes explosives lourdes au sein des villes dans le conflit au Haut-Karabakh doit cesser STOP aux bombardements des civils

L'utilisation d’armes explosives lourdes au sein des villes dans le conflit au Haut-Karabakh doit cesser

Une déclaration du réseau INEW, dont fait partie Handicap International, sur le conflit dans le Haut-Karabakh et ses conséquences sur les populations civiles.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris