Accès direct au contenu
 
 

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Insertion Mines et autres armes Réadaptation
Jordanie Syrie

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

Hussein a été amputé suite à un bombardement. Il porte une prothèse. Il témoigne de ses difficultés en tant de personne handicapée à trouver un travail.

© O. Van de Broeck / HI

C’est en Jordanie qu’Ibrahim a rencontré son épouse et que ses deux garçons sont nés : « Ça m’était égal d’avoir perdu ma jambe lorsque j’étais seul. Mais mon mariage a amené de nouvelles responsabilités », confie-t-il.

En Syrie, Ibrahim était carreleur. Son handicap ne lui permet plus d'exercer sa profession. Aujourd’hui, il travaille 6 jours sur 7 dans un magasin. Le salaire moyen peu élevé en Jordanie, l’est encore moins pour un réfugié syrien. Malgré des journées de 12 heures, Ibrahim peine à couvrir les dépenses familiales :

« Ça n’a pas été pas simple de trouver un emploi. Quand tu dis aux employeurs que tu es amputé d’une jambe, ils ne t’embauchent pas. Il est logique que dans notre situation actuelle, l’argent soit la chose la plus importante. Personne ne peut vivre sans argent », ajoute Ibrahim.

La famille syrienne ne bénéficie pas d’assurance médicale. Lorsque les enfants tombent malades ou doivent être vaccinés, les parents les emmènent dans une clinique privée où la consultation et les médicaments sont à leur charge. 

Il répare lui-même sa prothèse

Quant à sa prothèse, Ibrahim a appris à la réparer lui-même. Il en est déjà à sa septième depuis son amputation. À chaque opération, la forme de son moignon change ce qui nécessite un nouvel appareillage : « Handicap International m'a donné la dernière. J'apprécie particulièrement les équipes qui m’appellent régulièrement et m’offrent un réel suivi pour sa maintenance. La prothèse est devenue une partie de moi. J’en connais les moindres pièces. Lorsque quelque chose se casse, j’ai appris à remplacer la pièce cassée avec celle d’une de mes autres prothèses. Il n’y a que la partie en silicone que je ne sais pas réparer. Dans ce cas, je contacte Handicap International », explique Ibrahim.

Il y a les petites choses du quotidien qui rappellent à Ibrahim son amputation : « Quand je vois des gens courir, ça me manque et j’aimerais faire de même. J’ai essayé mais sans succès ». Sa famille l'aide tant bien que mal, notamment ses enfants. Ce qui lui fait davantage de peine car il voudrait être celui sur lequel sa famille se repose, et non l’inverse.

Enquête de HI sur les réfugiés syriens handicapés

Ibrahim fait partie des centaines de personnes interviewées par Handicap International et iMMAP en 2018 pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire.

Selon cette étude, un réfugié sur cinq est handicapé et on peut faire beaucoup plus pour assurer l'inclusion des personnes handicapées dans les interventions humanitaires.

Accéder à l'étude :

Lire le rapport Liban / Lire le rapport Jordanie

> Accès aux données du rapport


Découvrez d'autres témoignages sur la même thématique :

Publié le : 26 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Covid-19 : HI adapte ses actions pour protéger les plus vulnérables
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : HI adapte ses actions pour protéger les plus vulnérables

Sur le terrain, partout où c’est possible, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les modalités d’intervention sont revues et de nouveaux projets sont créés. Mot d’ordre : protéger du virus et agir sur les effets de la crise, avec une attention particulière pour les personnes handicapées, âgées ou isolées, les enfants et les femmes.

Covid-19 : sur le terrain, nos kinés en première ligne
© B. Blondel / HI
Réadaptation Santé Urgence

Covid-19 : sur le terrain, nos kinés en première ligne

Face à la pandémie de Covid-19, Handicap International mobilise ses équipes et adapte ses actions pour protéger les plus fragiles. Les kinésithérapeutes de l'association sensibilisent notamment les populations locales aux gestes d’hygiène à respecter. Témoignage de Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence à HI.