Go to main content

« Avant la guerre, je menais une belle vie »

Liban Syrie

Jomaa, 55 ans, est originaire de Homs, en Syrie. En 2014, il a été blessé à l’épaule lors d’un bombardement. Au Liban depuis 2016, Jomaa bénéficie de sessions de réadaptation proposées par Handicap International. Car plus de deux ans après le bombardement, les séquelles sont toujours présentes.

Jomaa_Liban

En 2014, Jomma a été blessé au niveau de l’épaule lors d’un bombardement dans sa ville. Réfugié au Liban depuis l’année dernière avec sa famille, il bénéficie de sessions de réadaptation menées par Handicap International dans le pays. | © P.Poulpiquet/Handicap International

« En Syrie, avant la guerre, je menais une belle vie », raconte Jomaa. « J’ai d’abord travaillé comme fermier puis j’ai monté ma propre affaire de location de voitures. C’était ma dernière profession, avant que la guerre ne touche mon pays et que je ne sois blessé. » Aujourd’hui réfugié au Liban, le quinquagénaire syrien ne peut plus travailler. Ce sont ses deux fils adolescents qui pourvoient aux besoins de toute la famille.

« Je me souviens encore très bien du jour de mon accident », ajoute Jomaa entre deux exercices de réadaptation. « Nous étions dans la rue, à Homs, avec ma femme et ma fille. Un bombardement a eu lieu et j’ai reçu des éclats d’obus dans l’épaule. On m’a immédiatement emmené à l’hôpital pour que je sois soigné. Mais deux ans après l’accident, les séquelles sont encore là… » Mohamad, kinésithérapeute de Handicap International, lui indique les bons gestes à effectuer pour que son épaule se remette totalement.

« Heureusement que les associations sont là pour nous aider », soupire le père de famille. « Je suis arrivé au Liban il y a 8 mois, car la situation était devenue invivable dans ma ville. Sans la présence de tous ces organismes qui se soucient des réfugiés syriens, nous ne survivrions pas à cette situation car nous sommes partis en laissant tout derrière nous », conclut-il, assis dans un petit canapé, seul meuble du garage vétuste où il habite désormais avec sa famille.

 

 

Publié le : 20 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Crise syrienne : quand les civils paient le prix fort
© Benoit Almeras / HI
Secourir les déplacés/réfugiés

Crise syrienne : quand les civils paient le prix fort

Depuis le début de la crise syrienne, plus d’un million de Syriens se sont réfugiés au Liban. La moitié sont des enfants. Handicap International intervient auprès de ces personnes qui ont tout perdu et exhorte les États à protéger les civils.

Le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib
© Brice Blondel / HI
Protéger les populations vulnérables Urgence

Le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib

Alors qu'une offensive militaire majeure est peut-être en préparation dans la région d'Idlib en Syrie, Handicap International appelle les parties au conflit à protéger les civils et à permettre un accès humanitaire total et sans entraves.

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.