Go to main content
 
 

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!

Mines et autres armes
Afghanistan Irak Syrie Ukraine (plus d'interventions) Yémen

Rendu public le 15 mai, un rapport sur l’utilisation des armes explosives dans le monde pointe les conséquences désastreuses pour les populations civiles. Handicap International poursuit son combat contre cette pratique barbare et invite le public à signer sa pétition en ligne.

Infographie de Handicap International montrant les conséquences de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées

© Handicap International

Action on Armed Violence (AOAV) a publié le 15 mai 2017 son sixième rapport annuel sur l'utilisation des armes explosives (en anglais). AOAV est membre du Réseau international sur les armes explosives (INEW), une coalition d'ONG cofondée par Handicap International pour plaider contre l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Celles-ci ont des conséquences désastreuses sur les populations civiles dans les conflits actuels en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Ukraine, au Yémen…

Selon ce dernier rapport, 45 624 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives en 2016. 70 % des victimes étaient des civils. Quand les armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, les civils représentent 92 % des victimes.

Portrait d'Anne Héry de Handicap International« Les tirs d'artillerie et les bombardements indiscriminés, parfois même délibérés, ont tué plus de 30 000 civils en 2016. Voilà l'effroyable réalité des conflits en cours. Les parties prenantes aux conflits doivent respecter le Droit international humanitaire et mieux protéger les civils des ravages provoqués par ces armes. Il est urgent que la communauté internationale œuvre pour un engagement politique en la matière. »

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International

Handicap International en campagne contre le bombardement des civils 

L’association mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique tristement courante dans les conflits actuels.

Notre objectif : collecter un million de signatures de pétition dans le monde pour une remise aux décideurs politiques en septembre 2018. Rejoignez notre combat contre la barbarie ! 

#StopBombing

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Publié le : 18 mai 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée le 29 novembre à Oslo en Norvège. Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont le déminage – jusqu’en 2025.

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines fait état, pour la quatrième année consécutive, d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines dans le monde, en particulier de restes explosifs de guerre et de mines improvisées. Alors que les États parties au Traité d’Ottawa se réunissent fin novembre à Oslo, Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares.

Rééducation au Yémen : éviter les complications postopératoires
© HI
Réadaptation

Rééducation au Yémen : éviter les complications postopératoires

Handicap International fournit des soins de rééducation et un soutien psychosocial à Aden, dans le Sud du pays, depuis juillet 2019. Trois équipes, composées chacune d'un kinésithérapeute et d'un travailleur psychosocial, offrent leur aide dans deux hôpitaux.