Go to main content
 
 

Armes explosives en zones peuplées : protéger les civils doit être une priorité

Mines et autres armes
International

Handicap International participe à des discussions à Genève le 12 septembre sur l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. L’occasion de partager les pratiques militaires permettant de minimiser l’impact humanitaire des bombardements. Engagée dans la campagne internationale "Stop Bombing Civilians" qui vise à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, l’ONG témoignera des conséquences humanitaires qui en découlent.

En Irak, Abdel Rahman a été amputé après qu'un obus a explosé sur sa maison

En Irak, Abdel Rahman a été amputé après qu'un obus a explosé sur sa maison | © William Daniels / HI

Les civils en première ligne

Les conflits se déroulent de plus en plus en milieu urbain ; l’utilisation d’armes explosives s’est généralisée. Les conséquences pour les populations civiles sont désastreuses : décès, blessures invalidantes, déplacements forcés, destruction d’infrastructures essentielles... Les populations et les infrastructures civiles sont de plus en plus menacées.

D’après notre partenaire Action on Armed Violence (AOAV), 92 % des victimes de bombardements et de pilonnages en zones peuplées sont des familles : hommes, femmes et enfants qui n’ont rien à voir avec les combats. Cette situation est inacceptable.

Comment faire évoluer les pratiques militaires ?

Les discussions1 qui se tiennent à Genève le 12 septembre ont pour but d’évaluer les pratiques militaires et de minimiser l’impact des bombardements sur les civils : comment réviser les méthodes de ciblage, notamment en recueillant des informations fiables sur les cibles ? Comment sélectionner l’arme adéquate pour mener les attaques ? Les discussions porteront également sur la façon de mieux préparer et informer les civils pendant les hostilités, sur la coopération entre l’armée et les autorités locales ou la formation des militaires au Droit international humanitaire.

Il existe des solutions techniques et méthodologiques, ainsi que des recommandations pour mieux protéger les civils. Par exemple, les tirs indirects causent souvent d’importants dommages collatéraux et ne devraient donc pas être utilisés en zones peuplées. Un tir est considéré comme « indirect » lorsque la cible ne se trouve pas dans la ligne de mire de l’arme, comme c’est notamment le cas pour les tirs d’artillerie, de mortier et de roquettes.

HI agit pour la protection des civils

Handicap International veut mettre fin à l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. L’organisation soutient pour cela la mise en œuvre d’une déclaration politique. Toutefois, son élaboration est toujours en cours et il faudra du temps pour qu’elle soit finalisée et adoptée par le plus grand nombre possible d’États.

Toute discussion ou initiative visant à mieux protéger les civils est à accueillir positivement. Les États doivent partager leurs bonnes pratiques, c’est-à-dire celles qui nuisent le moins aux civils, et à porter assistance aux victimes.

Pendant les discussions à Genève, Handicap International fera une présentation sur l’impact humanitaire des bombardements en zones peuplées et sur les besoins spécifiques des victimes, comme les services de réadaptation et de soutien psychosocial.2

En France, l'association organise les week-ends de septembre son traditionnel rendez-vous citoyen des Pyramides de chaussures contre les bombardements des civils.

1 Ces discussions sont organisées par l’Allemagne, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Centre international de déminage humanitaire de Genève (GICHD).
2 Handicap International assiste aux discussions avec d’autres membres du Réseau international sur les armes explosives (INEW), une coalition d’ONG qu’elle a cofondée en 2011.

Publié le : 12 septembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée le 29 novembre à Oslo en Norvège. Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont le déminage – jusqu’en 2025.

Les personnes handicapées sont toujours exclues
© Kate Holt / HI
Droit Insertion

Les personnes handicapées sont toujours exclues

Alors qu’on célèbre le 3 décembre la Journée internationale des personnes handicapées, Handicap International appelle les gouvernements et les acteurs de l’aide au développement et de l'action humanitaire à tout mettre en œuvre pour inclure les personnes handicapées et lever les discriminations dont elles sont victimes.

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines fait état, pour la quatrième année consécutive, d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines dans le monde, en particulier de restes explosifs de guerre et de mines improvisées. Alors que les États parties au Traité d’Ottawa se réunissent fin novembre à Oslo, Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares.