Go to main content

Armes à sous-munitions : les investissements en chute libre

Mines et autres armes
International

Selon un nouveau rapport de l'organisation PAX, les investissements financiers dans la production d'armes à sous-munitions ont été divisés par 3 depuis sa précédente édition. Une baisse record qui ne doit pas masquer le fait que ces armes continuent de mutiler et tuer des civils longtemps après les conflits.

Sous-munitions trouvées en 2015 à Kobané dans le Nord de la Syrie

Sous-munitions trouvées en 2015 à Kobané dans le Nord de la Syrie | © Philippe Houilat / HI

L’organisation non gouvernementale PAX a publié le 3 décembre 2018 la neuvième édition de son rapport sur les investissements financiers dans la production des armes à sous-munitions, Worldwide Investments in Cluster Munitions: A Shared Responsability. Selon ce rapport, ces investissements ont été divisés par 3 depuis sa précédente édition, qui date de mai 2017.

Chute des investissements

Les investissements dans les armes à sous-munitions sont passés de 31 milliards de dollars (entre 2013 et 2017) à 9 milliards de dollars (entre 2015 et 2018). Cette baisse spectaculaire de 350 % est en grande partie due à l'arrêt de la production et de la livraison de ces armes par deux fabricants américains, Textron et Orbital ATK. Sept producteurs d'armes continuent cependant de fabriquer des armes à sous-munitions.

Le rapport recense 88 institutions financières ayant investi dans les 7 producteurs d'armes à sous-munitions identifiés entre mai 2015 et juin 2018. C’est deux fois moins que les 166 institutions financières recensées pendant la période couverte par le précédent rapport (2013-2017).

Légiférer contre ces armes

Portrait d'Anne Héry de Handicap International« Les États prennent conscience que l’utilisation des armes à sous-munitions, qui tuent et blessent à 99 % des civils, est inacceptable. 120 ont adhéré à la Convention d’Oslo qui interdit ces armes. Mais seuls 11 d’entre eux ont clairement signifié aux institutions financières que soutenir les investissements dans les sous-munitions violait la loi. C’est insuffisant. Nous devons œuvrer à réduire les sources de financement de ces armes en vue de leur éradication totale. »

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International

Les sous-munitions continuent de tuer

Selon le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions publié en août dernier, de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont eu lieu en Syrie et au Yémen en 2017. Au moins 289 personnes ont été tuées ou blessées par ces armes – lors d’attaques ou par des restes de sous-munitions[1] – dans 8 pays et deux territoires l’année dernière. 99 % des victimes étaient des civils.


[1] Jusqu’à 40 % des armes à sous-munitions n’explosent pas à l’impact. Comme les mines antipersonnel, elles peuvent être déclenchées au moindre contact, tuant et mutilant pendant et après les conflits.

Publié le : 4 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Des drones pour repérer les mines
© John Fardoulis / HI
Mines et autres armes

Des drones pour repérer les mines

À Faya-Largeau, dans le Nord du Tchad, Handicap International lance l’expérimentation de drones pour repérer la présence de mines et avoir une vision très précise du terrain : une révolution dans le monde du déminage. Xavier Depreytere, chez de projet, explique ces premiers essais.

Collecter les bombes laissées par les combats Mines et autres armes

Collecter les bombes laissées par les combats

Depuis novembre 2018, six experts de Handicap International sillonnent les rues de Tawarga pour collecter et détruire toutes les armes dangereuses laissées par le conflit libyen.

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites
© HI
Mines et autres armes

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites

Depuis novembre 2018, six spécialistes des armes de Handicap International ont collecté 150 engins explosifs dans les rues de Tawarga, au sud de Misrata en Libye. Simon Elmont, chef d'équipe, explique le travail de l’association sur place.