Accès direct au contenu
 
 

Armes à sous-munitions : les investissements en chute libre

Mines et autres armes
International

Selon un nouveau rapport de l'organisation PAX, les investissements financiers dans la production d'armes à sous-munitions ont été divisés par 3 depuis sa précédente édition. Une baisse record qui ne doit pas masquer le fait que ces armes continuent de mutiler et tuer des civils longtemps après les conflits.

Sous-munitions trouvées en 2015 à Kobané dans le Nord de la Syrie

Sous-munitions trouvées en 2015 à Kobané dans le Nord de la Syrie | © Philippe Houilat / HI

L’organisation non gouvernementale PAX a publié le 3 décembre 2018 la neuvième édition de son rapport sur les investissements financiers dans la production des armes à sous-munitions, Worldwide Investments in Cluster Munitions: A Shared Responsability. Selon ce rapport, ces investissements ont été divisés par 3 depuis sa précédente édition, qui date de mai 2017.

Chute des investissements

Les investissements dans les armes à sous-munitions sont passés de 31 milliards de dollars (entre 2013 et 2017) à 9 milliards de dollars (entre 2015 et 2018). Cette baisse spectaculaire de 350 % est en grande partie due à l'arrêt de la production et de la livraison de ces armes par deux fabricants américains, Textron et Orbital ATK. Sept producteurs d'armes continuent cependant de fabriquer des armes à sous-munitions.

Le rapport recense 88 institutions financières ayant investi dans les 7 producteurs d'armes à sous-munitions identifiés entre mai 2015 et juin 2018. C’est deux fois moins que les 166 institutions financières recensées pendant la période couverte par le précédent rapport (2013-2017).

Légiférer contre ces armes

Portrait d'Anne Héry de Handicap International« Les États prennent conscience que l’utilisation des armes à sous-munitions, qui tuent et blessent à 99 % des civils, est inacceptable. 120 ont adhéré à la Convention d’Oslo qui interdit ces armes. Mais seuls 11 d’entre eux ont clairement signifié aux institutions financières que soutenir les investissements dans les sous-munitions violait la loi. C’est insuffisant. Nous devons œuvrer à réduire les sources de financement de ces armes en vue de leur éradication totale. »

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International

Les sous-munitions continuent de tuer

Selon le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions publié en août dernier, de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont eu lieu en Syrie et au Yémen en 2017. Au moins 289 personnes ont été tuées ou blessées par ces armes – lors d’attaques ou par des restes de sous-munitions[1] – dans 8 pays et deux territoires l’année dernière. 99 % des victimes étaient des civils.


[1] Jusqu’à 40 % des armes à sous-munitions n’explosent pas à l’impact. Comme les mines antipersonnel, elles peuvent être déclenchées au moindre contact, tuant et mutilant pendant et après les conflits.

Publié le : 4 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé
© HI
Mines et autres armes

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé

Le Rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle de nouvelles attaques les utilisant en 2019. Handicap International poursuit son combat et appelle tous les États à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes, dont 99 % des victimes sont des civils. L’association demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de rejoindre la Convention d’Oslo.

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Les armes à sous-munitions ont été utilisées récemment dans la guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Gary Toombs, spécialiste de la réduction de la violence armée à Handicap International, explique pourquoi elles sont interdites par la Convention d'Oslo.

Ouragan Iota : une équipe envoyée au Honduras pour évaluer la situation
© Cyclocane
Urgence

Ouragan Iota : une équipe envoyée au Honduras pour évaluer la situation

L’ouragan Iota qui a touché l’Amérique centrale le 17 novembre a causé des dégâts considérables dans la région, déjà traversée par un ouragan majeur deux semaines auparavant. Handicap International dépêche une équipe au Honduras pour évaluer la situation et les besoins.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris