Go to main content
 
 

Alep : les civils sous une pluie de bombes

Mines et autres armes
Syrie

Handicap International demande l’arrêt immédiat des bombardements sur Alep-Est en Syrie, où vivent plus de 250 000 personnes. La ville est devenue le théâtre de pilonnages ininterrompus qui ont tué des centaines de civils. Plus de 50 000 personnes ont fui les lieux des combats ces derniers jours.

Conséquences des armes explosives utilisées en zones peuplées

Conséquences des armes explosives utilisées en zones peuplées | © Handicap International

Les bombardements sur Alep-Est ont détruit les infrastructures civiles – notamment les hôpitaux et les centres de santé – totalement dévastées par ce déluge de bombes. L'Organisation mondiale de la santé a annoncé récemment que plus aucun hôpital n'était en état de fonctionner. Alep-Est vit une catastrophe humanitaire. Les habitants font face à une pénurie quasiment totale de nourriture, d'électricité et de médicaments, sans aucun recours à l’aide humanitaire.

Portrait d'Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International« Nous demandons l’arrêt immédiat des bombardements, qui ont atteint une épouvantable intensité avec des effets dévastateurs sur les populations civiles ces derniers jours. Le Droit international humanitaire impose de protéger les civils lors des conflits. Les parties prenantes au conflit doivent également permettre un accès sans entrave de l'aide humanitaire. »

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International

> Voir le dossier « Bombarder des civils, ce n’est pas la guerre, c’est un crime ! »

Alep-Ouest a également été visée par des tirs de mortier et de roquettes ces dernières semaines, faisant des dizaines de victimes civiles et provoquant plusieurs milliers de déplacés

> Lire également « Civils syriens, l’avenir mutilé »


Handicap International contre les bombardements des civils

Handicap International mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer et interdire l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique effroyable, courante dans les conflits actuels, en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Ukraine, etc. Les victimes de cette pratique barbare sont à 90 % des civils. 

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

> Vous aussi, mobilisez-vous à nos côtés : votre voix compte !


Mots-clés : bombardement, bombes, armes explosives, civils, Alep, Syrie

Publié le : 2 décembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Des drones au service du déminage
© HI
Mines et autres armes

Des drones au service du déminage

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics expérimentent depuis janvier 2019 l’utilisation de drones pour appuyer les démineurs à Faya-Largeau, dans le Nord du Tchad. Depuis le mois de juillet, ils sont officiellement intégrés aux opérations de déminage dans le pays.

Une machine pour déminer le Nord du Tchad
© HI
Mines et autres armes

Une machine pour déminer le Nord du Tchad

Aux côtés des 50 démineurs en action au Tchad, Handicap International utilise une machine téléguidée, une GCS 200, pour déminer de grandes surfaces en un temps record.

Une journée avec les démineurs au Tchad
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes

Une journée avec les démineurs au Tchad

Handicap International mène depuis novembre 2018 des opérations de déminage dans le Nord du Tchad. Une cinquantaine de démineurs sont en action, désormais secondés par une machine et des drones. Retour sur une journée type de travail de l'équipe, qui intervient parfois dans des conditions extrêmes.