Accès direct au contenu
 
 

Alep dévastée par les bombardements massifs

Mines et autres armes
Syrie

La ville d’Alep, dans le Nord de la Syrie, est depuis plusieurs semaines le théâtre de bombardements incessants. Les dommages contre la population sont dévastateurs. Selon les Nations unies, 320 civils ont été tués, dont une centaine d’enfants. Des armes interdites, comme des bombes à sous-munitions, ont été utilisées. Handicap International continue de se mobiliser contre ces pratiques barbares et de venir en aide aux victimes.

Qusai, 12 ans, victime de bombardements en Syrie fin 2014, a été pris en charge en Jordanie par Handicap International - Photo d'archive

Qusai, jeune Syrien victime des bombardements, est bénéficiaire de l'action de Handicap International | © F. Buyckx / Handicap International

Handicap International demande à nouveau l’arrêt immédiat des bombardements contre les civils, qui ont atteint une intensité absolument effroyable. Les attaques indiscriminées, voire délibérées, contre les civils constituent des violations du Droit international. Les attaques répétées contre les hôpitaux et les équipes de secours sont inacceptables.

L’association mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique tristement courante dans les conflits actuels, en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Ukraine, etc. Les victimes de cette pratique barbare sont à 90 % des civils.

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

> L'action de Handicap International dans le cadre de la crise syrienne

Handicap International porte la voix des victimes de bombardements aux Nations unies

Portrait d'Alma Al Osta, responsable du plaidoyer armes à Handicap InternationalAlma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur les armes à Handicap International, est intervenue le 12 octobre 2016 à la Commission sur la sécurité internationale de l’Assemblée générale des Nations unies, sur l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et ses terribles conséquences sur les civils, au nom de la coalition internationale INEW (International Network on Explosive Weapons). Soutenue par la société civile via sa pétition en ligne, Handicap International a profité de cette tribune importante pour sensibiliser et informer les États sur les bombardements des civils et les inciter à se mobiliser contre cette pratique devenue presque systématique dans les conflits actuels.

> Le massacre des civils n'est pas une fatalité ! Rejoignez notre combat contre les bombardements en zones peuplées, signez la pétition !

Publié le : 13 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé
© HI
Mines et autres armes

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé

Le Rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle de nouvelles attaques les utilisant en 2019. Handicap International poursuit son combat et appelle tous les États à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes, dont 99 % des victimes sont des civils. L’association demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de rejoindre la Convention d’Oslo.

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Les armes à sous-munitions ont été utilisées récemment dans la guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Gary Toombs, spécialiste de la réduction de la violence armée à Handicap International, explique pourquoi elles sont interdites par la Convention d'Oslo.

Les mines antipersonnel ont encore fait des milliers de victimes civiles en 2019
© D. Telemans / HI
Mines et autres armes

Les mines antipersonnel ont encore fait des milliers de victimes civiles en 2019

Publié le 12 novembre, le Rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines pour la cinquième année consécutive. Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils arrêtent d’utiliser ces armes.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris