Go to main content
 
 

A Kandahar, un centre pour remettre debout les personnes blessées et handicapées

Réadaptation
Afghanistan

Depuis 1996, Handicap International gère un centre de réadaptation physique à Kandahar, dans le Sud de l’Afghanistan. Cet établissement est le seul à fournir des services complets aux personnes handicapées dans toute la région. Visite en compagnie de Rasool, responsable des activités de Handicap International dans la province de Kandahar.

Le kinésithérapeute du centre de Kandahar guide les patients pendant leur entraînement. | (c) Jaweed Tanveer / Handicap International

En 2015, le centre de réadaptation a accueilli plus de 7 000 patients uniques . « Le centre reçoit environ une vingtaine de nouveaux patients chaque jour, explique Rasool. Au moins un cinquième d’entre eux est amputé d’un membre inférieur. »

Dans la grande salle, les patients amputés qui viennent de recevoir une prothèse font des exercices de réadaptation physique sous la supervision d’un kinésithérapeute. Ils s’entraînent à marcher avec leur nouvelle jambe, en suivant des empreintes de pas qui tracent un parcours sur le sol. « Le travail de groupe est privilégié, souligne Rasool. Nous faisons en sorte que les patients se soutiennent les uns les autres. Cela renforce l’efficacité des exercices et leur moral est meilleur. »

Le centre emploie 54 personnes, dont dix femmes, qui se répartissent entre les services de kinésithérapie et l’atelier de production et de réparation des prothèses, orthèses et aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, déambulateurs…) que le centre fournit aux patients.

En quelques années, il est devenu une référence à Kandahar et dans les régions voisines. Si 80% des patients sont originaires de la province de Kandahar, 20% viennent des provinces limitrophes, voire même du Pakistan.

« L’accueil des patients est un défi, constate Rasool. Beaucoup de gens viennent d’endroits très reculés et n’ont pas les moyens de rester à Kandahar par leurs propres moyens. » C’est pourquoi le centre de Kandahar dispose d’une pension de 33 lits située à une cinquantaine de mètres des salles de réadaptation. Entre 2010 et 2015, la fréquentation du centre a énormément augmenté, faisant un bon de plus de 50 %.
 

En 2015, un patient du centre sur cinq devait sa blessure ou son handicap à une arme, comme des engins explosifs improvisés, des mines ou des restes explosifs de guerre. « Aujourd’hui, les armes sont les causes principales des blessures que nous traitons, explique Rasool. Nous apportons aux blessés et aux handicapés les soins nécessaires pour qu’ils puissent retrouver leur autonomie le plus rapidement possible. »

En Afghanistan, la quasi-totalité (95 %) des victimes d’armes explosives sont des civils, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des mines . Une victime sur deux (45 %) est un enfant. La province de Kandahar ne fait malheureusement pas exception.


EN IMAGES : LE CENTRE DE KANDAHAR

Publié le : 31 mars 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Placer la personne au cœur des actions de réadaptation »
© HI
Réadaptation

« Placer la personne au cœur des actions de réadaptation »

Isabelle Urseau est Directrice de la réadaptation à Handicap International. Elle explique en quoi cette discipline est l’un des piliers de l’association et comment elle est amenée à évoluer. Entretien.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Santé

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour Handicap International à Sana’a au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par l'association et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.

Les Yéménites sont épuisés par 4 ans de guerre
© ISNA Agency / HI
Réadaptation Urgence

Les Yéménites sont épuisés par 4 ans de guerre

Handicap International apporte des soins de réadaptation et un accompagnement psychosocial dans 8 structures de santé à Sana’a depuis 2015, et dans l'un des principaux hôpitaux d’Aden depuis juillet dernier. Maud Bellon, chef de mission de l'association sur place, témoigne d’une situation inacceptable pour les civils yéménites.