Go to main content
 
 

À Gaza, la situation humanitaire est catastrophique

Réadaptation Urgence
Palestine

Plus de 610 personnes ont été blessées lors des dernières manifestations le 8 juin à la frontière entre Israël et Gaza. 250 ont dû être hospitalisées. Au total, on dénombre près de 15 000 blessés depuis le début des manifestations en mars dernier. Bruno Leclercq, directeur de Handicap International pour la Palestine, décrit une situation humanitaire catastrophique.

Un personnel de Handicap International à Gaza avec un blessé par balle

© Hardy Skills / HI

L’importance des soins infirmiers 

Témoignage de Bruno Leclercq, directeur de Handicap International pour la Palestine :

« La plupart des patients que nous prenons en charge ont été blessés par balle au fémur ou au tibia. Ils sont souvent jeunes, souffrent de fractures multiples et complexes. Les besoins en soins infirmiers – nettoyage régulier des plaies, changement des bandages, etc. – sont essentiels pour éviter les infections et les complications. Par définition, une blessure par balle est une blessure contaminée et les risques d’infection sont élevés. »

Le risque du handicap 

« Beaucoup de blessés devront également être opérés plusieurs fois. Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), 4 000 opérations chirurgicales seront nécessaires dans les prochaines semaines. Certaines organisations pensent qu’un tiers des blessés aux membres inférieurs risquent des complications pouvant conduire à une amputation. »

Un système de santé fragilisé

« Depuis mars dernier, près de 8 000 personnes ont été hospitalisées. Les hôpitaux de Gaza ont ainsi vu affluer un nombre important de blessés dans un délai très court alors que le système de santé est déjà fragilisé à cause des nombreuses pénuries et restrictions, notamment en équipements et consommables médicaux. Dans ces conditions, faire face à une telle urgence, notamment mener des opérations chirurgicales et assurer les soins post-opératoires, est véritable défi

Un des graves effets domino de cette crise est de reporter la prise en charge des autres patients : de nombreux malades ne peuvent pas recevoir les soins nécessaires car les hôpitaux et les centres de santé sont totalement mobilisés par les blessés des manifestations. »

Le prix social de la blessure 

« Beaucoup de blessés viennent de milieux modestes. Ils sont alités, immobilisés dans leur lit. Certains contribuaient aux revenus de leurs familles qui ont désormais une personne à charge en situation d’invalidité temporaire. »

HI renforce ses équipes 

« Nous allons mettre en place deux équipes mobiles supplémentaires, qui s’ajoutent aux 10 déjà déployées. Ces équipes mobiles sont composées de professionnels de la réadaptation, de psychologues et de travailleurs sociaux.  Elles ont pour mission d’assurer les soins en réadaptation et d’apporter un soutien psychosocial aux blessés et à leurs familles.

Nous avons également prévu d’augmenter nos stocks de kits médicaux (gants en caoutchouc, bandages, etc.) et nos stocks en équipements d’aide à la mobilité : fauteuils roulants, béquilles, déambulateurs… Les besoins sont immenses. »

Publié le : 14 juin 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.

Comment Handicap International agit auprès des réfugiés handicapés Réadaptation Secourir les déplacés/réfugiés

Comment Handicap International agit auprès des réfugiés handicapés

Aline Bouffandeau, spécialiste en réadaptation à Handicap International, explique en vidéo les actions de l'association dans les camps à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Une avancée historique pour ces dernières, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.