Go to main content

À Dubrovnik, les États unanimes à condamner l’utilisation de sous-munitions

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

La première conférence d’examen du Traité d’interdiction des armes à sous-munitions s’est achevée le 11 septembre à Dubrovnik, en Croatie. Les États parties ont adopté à l’unanimité une déclaration forte qui réaffirme la condamnation systématique de toute utilisation d’armes à sous-munitions.

Première conférence d'examen du Traité d'Oslo (Dubrovnik 7-11 septembre). Handicap International lutte contre les sous-munitions depuis 2003.

© Z. Johnson / Handicap International

Handicap International se réjouit de l’adoption d’une déclaration par acclamation et à l’unanimité, au cours de la première Conférence d’examen du Traité d’interdiction des armes à sous-munitions, qui s’est achevée le 11 septembre à Dubrovnik. Cette déclaration, qui incite les États parties à condamner toute nouvelle utilisation d’armes à sous-munitions, renforce le Traité d’Oslo et montre la détermination des États parties à en faire une norme internationale incontournable. « Le texte adopté à Dubrovnik est un encouragement fort. Il nous rappelle que nous ne devons montrer aucune tolérance à l’égard de ces armes barbares. Nos observations sur le terrain ont prouvé combien elles étaient dangereuses pour les civils », affirme Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International.

Selon le rapport 2015 de L’Observatoire des sous-munitions, 92 % des victimes identifiées des armes à sous-munitions sont des civils. 
50 % d'entre elles sont des enfants.

« Les États parties montrent également la fermeté de leur engagement dans le plan d’action ambitieux qu’ils se sont donné pour les cinq ans à venir, notamment en ce qui concerne l’assistance aux victimes, ajoute Anne Héry. Ce plan définit des moyens concrets pour améliorer l’accès aux services pour les survivants et les familles affectées. Car les victimes se trouvent le plus souvent dans les zones rurales ou reculées et ont rarement accès aux services médicaux ou sociaux de base. »

La conférence de Dubrovnik a été suivie par plus de 90 délégations du 7 au 11 septembre 2015. Le Traité d’Oslo qui interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des armes à sous-munitions dans le monde* a été ratifié ou signé par 117 États. La Colombie est le dernier État en date à avoir ratifié le Traité, devenant le 96e État partie. 


* Le rapport annuel 2015 de l’Observatoire des sous-munitions, dont Handicap International assure la coordination avec trois autres ONG, est le sixième du genre. Il couvre les développements mondiaux enregistrés en matière de politique d'interdiction, d’utilisation, de production, de commerce et de stockage des sous-munitions. Il fournit des informations sur la contamination par ces armes, la dépollution et l'assistance aux victimes. Le rapport examine les activités du second semestre 2014 et du premier semestre 2015 et donne un éclairage sur les avancées du Traité depuis son entrée en vigueur en 2010.

Publié le : 11 septembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils
© Philippa Poussereau / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils

Le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions fait état d’une baisse importante du nombre de victimes entre janvier 2017 et août 2018. Cette avancée notable occulte néanmoins une réalité inacceptable : la quasi totalité des victimes de ces armes barbares sont des civils.

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

Bombardements des civils : à quand la fin des massacres ?
© Philippe de Poulpiquet / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

Bombardements des civils : à quand la fin des massacres ?

Si les bombardements en temps de guerre ne sont pas interdits, cette pratique est inacceptable lorsqu’elle touche des civils, notamment les enfants. Morts, blessés, mutilés, atteints psychologiquement, ils sont les premières victimes des conflits en Syrie, en Irak, au Yémen… Dossier spécial à l’occasion du septième anniversaire de la guerre civile syrienne, le 15 mars.