Go to main content

50 ans de menace quotidienne par les sous-munitions

Déminer les terres
Laos

Le 9 juin 2014 marque le 50e anniversaire des premiers bombardements américains sur le Laos. À cette occasion, Handicap International rappelle que le danger des sous-munitions pèse toujours sur la population laotienne. Pour sauver des vies, la dépollution du pays reste une priorité. Un travail minutieux que les équipes de démineurs de l'association effectuent depuis 1996.

© Tim Dirven - Panos / Handicap International

Pendant la guerre du Vietnam, entre 1964 et 1973, les États-Unis déversent plus de 270 millions de sous-munitions sur le Laos, pays neutre qui ne participe pas au conflit. Les frappes aériennes débutent le 9 juin 1964 sur la Plaine des Jarres, en violation de l'accord de Genève de 1962 qui interdit toute présence militaire sur le territoire laotien.

Cinquante ans après la guerre, près de 80 millions de sous-munitions non explosées gisent encore dans les rizières, les cours d'eau ou sur les routes. Elles menacent les villageois dans 15 des 17 provinces du pays. Depuis 1964, plus de 50 000 personnes ont été tuées ou blessées par ces armes, dont près de la moitié en temps de paix. Les enfants sont particulièrement touchés par ce fléau.

Aujourd'hui, les efforts financiers pour aider le Laos à se débarrasser de cette menace sont largement insuffisants et les États-Unis ne s'impliquent toujours pas à la hauteur de leurs responsabilités. Cette année, le pays octroie seulement 12 millions de dollars pour la dépollution des restes explosifs de guerre au Laos, alors que les bombardements coûtaient près de 17 millions de dollars par jour !

Depuis 1996, les équipes de démineurs de Handicap International s'impliquent aux côtés des villageois laotiens affectés par les sous-munitions et les restes explosifs de guerre. Elles dépolluent les sols, détruisent ces armes et sensibilisent les populations aux risques. Car, au Laos, épargner des vies et rendre les terres sécurisées aux paysans reste toujours une priorité, cinquante ans après les premiers bombardements.

Publié le 9 juin 2014.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad
© B. Almeras / Handicap International
Déminer les terres Protéger les populations vulnérables

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad

Handicap International lance au Tchad un vaste programme de développement visant à déminer des terres contaminées, à mettre en place un système de protection sociale et à stimuler l’activité économique dans les régions du Nord (Borkou, Ennedi, Tibesti) et celle du Lac Tchad. En consortium avec trois autres ONG internationales, ce projet sur 4 ans représente le plus gros budget humanitaire – 23 millions d’euros –  jamais géré par l’association. Thomas Hugonnier, responsable de l’action contre les mines, nous en donne les clés.

Phon Phet, démineuse et fière de l'être
Phon Phet, démineuse au Laos pour Handicap International
Mines et autres armes

Phon Phet, démineuse et fière de l'être

Phon Phet est démineuse au Laos avec Handicap International depuis trois ans. Bien qu'elle trouve le travail très fatiguant, elle est fière de contribuer à la sécurité de son pays et de le libérer de la menace des restes explosifs de guerre. Découvrez son portrait en vidéo.

Pour une terre sans mines, première campagne de financement participatif de Handicap International
© M. Feltner / Handicap International
Déminer les terres

Pour une terre sans mines, première campagne de financement participatif de Handicap International

La première campagne de financement participatif de Handicap International, "Pour une terre sans mines", concerne le déminage au Laos, pays parmi les plus contaminés de la planète par les restes explosifs de guerre. L’association a pour objectif de collecter 50 000 € d’ici le 30 mai pour poursuivre son action sur le terrain.