Accès direct au contenu
 
 

22 écoles malgaches à reconstruire : le défi de l’après Enawo

Urgence
Madagascar

Le cyclone Enawo qui a frappé Madagascar début mars a touché plus de 400 000 personnes. Handicap International participe à la réhabilitation de 22 écoles endommagées dans les régions d’Analanjirofo et de Diana. Objectif : la reprise des cours pour 8 500 élèves. Témoignages d’un directeur d’école et de deux élèves d’Anivorano-Nord.

Une école malgache endommagée par le cyclone Enawo

Une école malgache endommagée par le cyclone Enawo | © Handicap International

Le directeur d'une école endommagée à Madagascar après le passage du cyclone Enawo © Handicap InternationalJean-Jacques Jaotombo a 55 ans. Ce père de cinq enfants est directeur de l’école d’Anivorano-Nord qui compte plus de 1 000 élèves et 25 enseignants. Il raconte le cyclone Enawo :

« J’étais chez moi avec ma famille quand le cyclone est arrivé. La veille, nous avions demandé aux élèves de ne pas venir à l’école. Nous avions renforcé le toit de l’établissement avec des sacs de terre mais cela n’a pas suffi. Six classes été endommagées. Les toits de tôle se sont envolés. Toutes les portes et fenêtres ont été arrachées. Nous avons déjà commencé à réparer les murs avec des planches de bois. Les cours ont repris mais nous avons dû déplacer des élèves dans les classes qui sont encore utilisables. »

Odette Lucienne, une élève malgache dont l'école a été endommagée par le cyclone Enawo © Handicap InternationalOdette Lucienne a 11 ans. Elle vit avec sa grande sœur et sa grand-mère. L’étale de cette dernière a été emporté par le cyclone :

« Nous avons mis des sacs de terre et des pierres sur le toit de la maison ; nous avons recloué les murs (en planches de bois) qui étaient un peu fragiles. Pendant la nuit, quand le cyclone est passé, beaucoup d’arbres ont été arrachés et j’avais peur que l’un d’entre eux tombe sur nous. À l’école, on nous avait demandé de rester chez nous. Le directeur avait coulé les portes mais elles ont quand même été arrachées. Maintenant, nous devons partager la classe avec d’autres élèves, ce n’est pas pratique. »

Stivino, un élève malgache dont l'école a été endommagée par le cyclone Enawo © Handicap InternationalStivino, 12 ans, vit avec son frère de 18 ans. Chaque week-end il rejoint sa mère qui habite à quatre heures de route :

« Cela fuyait de partout dans la maison et nous avons passé la nuit à déplacer nos affaires pour qu’elles ne soient pas mouillées. Le vent soufflait si fort que cela secouait notre maison et j’ai cru qu’on allait tous s’envoler. Des plants de maïs ont été arrachés. Les poteaux électriques se sont couchés sur le sol, des toitures ont été détruites. À l’école, on ne peut plus travailler dans notre classe. Nous avons été déplacés dans une salle que nous devons partager avec des élèves qui ont cours l’après-midi. Le lendemain, tout ce que le maître avait écrit sur le tableau était effacé. » 

Le projet de Handicap International

Handicap International participe à la réhabilitation de 22 écoles endommagées dans les régions d’Analanjirofo et de Diana, dans le Nord-Est de Madagascar. Cela concerne 8 431 élèves et 229 enseignants. L’association travaille avec les associations de parents d'élèves pour évaluer les dégâts et la réalisation des travaux : remplacer des tôles, des planches en bois, collecter des bambous, etc. Ils sont dédommagés pour ce travail. Handicap International envisage par la suite de réparer 65 autres écoles.

Publié le : 11 avril 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto
© HI
Prévention Santé Urgence

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto

Dans ces deux vidéos, Fanor Gustave et Charles Fernand, membres de notre équipe sur place, vous expliquent les actions mises en place par Handicap International en Haïti pour contribuer à freiner la propagation du coronavirus : la sensibilisation de la population aux gestes barrières et celle des chauffeurs de taxis-moto à Port-au-Prince, un moyen de transport très utilisé.

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine
© Chris Huby / HI
Santé Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine

Sept organisations humanitaires, dont Handicap International, demandent aux États participant à la Conférence des donateurs sur la crise syrienne (29-30 juin à Bruxelles) de trouver des réponses adéquates face à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la situation humanitaire en Syrie.

Covid-19 : situation alarmante au Bangladesh, en Inde et au Pakistan
© HI
Santé Urgence

Covid-19 : situation alarmante au Bangladesh, en Inde et au Pakistan

Les équipes de Handicap International interviennent au Bangladesh, en Inde et au Pakistan, où la situation liée à la Covid-19 est particulièrement inquiétante.