Go to main content

20e Pyramides de chaussures Une édition marquée par un contexte international sous tension

Paris, le 20 septembre 2014. Handicap International organisait aujourd’hui la 20édition de ses Pyramides de chaussures contre les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions (BASM) dans 29 villes de France. Cette année, l’ONG souhaite également dénoncer l’utilisation massive et répétée d’armes explosives en zones urbaines qui tuent et mutilent des populations civiles. En Syrie, à Gaza ou en Irak, les conflits récents montrent que de tels bombardements semblent devenir la règle.

Mines et BASM, des armes toujours d’actualité

29 Pyramides de chaussures ont été érigées ce samedi partout en France, symboles du combat mené par Handicap International contre les mines antipersonnel et les BASM depuis plus de 20 ans. Bien qu’elles soient aujourd’hui interdites, ces armes continuent d’être  utilisées – comme en Syrie – et  occasionnent encore une victime toutes les deux heures dans le monde. Elles ont la particularité de continuer de tuer en temps de paix, parfois plusieurs décennies après les conflits.

Une mobilisation citoyenne sans faille

Depuis le lancement de  l’événement, la mobilisation des français ne tarit pas. Plus de deux millions de signataires se sont déjà manifestés contre ces armes ! Ce samedi 20 septembre, 45 000 personnes supplémentaires ont signé la pétition pour qu’elles soient définitivement bannies et pour que les victimes ne soient pas oubliées : 12 000 signataires à Lyon, 5 000 à Paris, 2 400 à Nancy, 2 300 à Annecy dont c’était la première édition. A Paris, Christiane Taubira, Ministre de la justice, Pascal Boniface, Directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques, le danseur Patrick Dupont, le champion paralympique Ryadh Salem, l’animateur Jérôme Bonaldi ou encore des jeunes du centre de formation du PSG sont venus apporter leur soutien au combat.

2014 : le Mozambique remporte sa victoire sur les mines

Une mobilisation qui porte ses fruits : le Mozambique qui faisait partie des Etats les plus minés au monde dans les années 90 vient d’annoncer qu’il deviendra « libre de mine » d’ici décembre 2014. Il lui aura fallu

18 ans pour éradiquer ce fléau. Handicap International a activement contribué à ce succès en menant ses opérations de déminage depuis 1998.

L’usage inquiétant d’armes explosives en zones peuplées

Cette année, Handicap International souhaite également alerter l’opinion publique sur l’utilisation d’armes explosives en zones urbaines qui se multiplie lors des derniers conflits. En Syrie, à Gaza ou en Irak, les bombardements dans les villes tuent et mutilent des civils. Ces agissements représentent une infraction au droit international humanitaire qui impose aux belligérants de faire la distinction entre les cibles militaires et les populations civiles.

Jean-Marc  Boivin,  Directeur  Général de  Handicap  International  s’inquiète  des conséquences pour les populations. « Les grandes villes syriennes sont le théâtre de bombardements massifs. A Gaza, les bombardements des dernières semaines ont eu lieu dans une des zones les plus densément peuplées du monde. La grande majorité des victimes blessées ou tuées sont des civils ! Handicap International appelle les belligérants à cesser l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées pour épargner les civils et la communauté internationale à se saisir du problème ».


Contact presse :

Sophie Gaguin – 06 60 97 09 38 / 04 26 68 76 47 – sgaguin@handicap-international.fr

Publié le : 20 septembre 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.