Go to main content

15 janvier 2014. Handicap International publie son rapport « Bombs under the rubble » à Gaza

Déminer les terres Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Handicap International vient de publier son rapport intitulé « Bombs under the rubble »[1] qui témoigne de la situation d’insécurité des habitants de Gaza face aux bombes et restes explosifs de guerre[2] qui jonchent encore la ville.

Selon les Nations unies, entre 7 000 et 10 000 munitions et autres engins non explosés restent mêlés aux décombres, suite à l’offensive israélienne « Bordure protectrice » de l’été 2014.

D’après le rapport, près de la moitié des personnes interrogées éprouvent un réel sentiment de peur au quotidien, du fait de la présence de ces bombes.

Près de 18 000 habitations ont été détruites durant les 50 jours du conflit. La population, qui entreprend souvent elle-même le déblaiement des gravas des maisons, est particulièrement exposéeaux dangers d’explosion. Pour certains habitants, la recherche de métaux dans les débris représente même une activité lucrative, dans la mesure où les matériaux se revendent pour la reconstruction des bâtiments.

Seuls 45% des habitants se disent sensibilisés aux risques des restes explosifs de guerre et aux bons réflexes à adopter.                                                                                        

Le rapport de Handicap International recommande notamment :

  • de faire une priorité des programmes de prévention à destination des enfants

  • de renforcer la coopération entre les acteurs de la prévention et de coordonner les messages

Forte des conclusions de cette étude, Handicap International mène depuis janvier 2015 un programme de sensibilisation aux dangers des restes explosifs de guerre à destination des familles et des petites entreprises contractées pour des travaux de déblaiement.

[1] « Bombes sous les décombres »

[2] Par reste explosif de guerre , on entend différents types d'engins non explosés (grenades, obus, roquettes bombes à sous-munitions) qui demeurent après la fin d'un conflit armé.

Méthodologie

L’étude de Handicap International a été menée du 13 au 21 octobre 2014 sur un panel de 549 personnes à travers un questionnaire comportant 22 questions. 4 groupes de discussions ont été constitués. Une série d’entretiens ont également été menés avec des acteurs clés, comme les Nations unies et le Comité international de la Croix-Rouge. Cette étude croise des données quantitatives et qualitatives en reposant sur la méthode CAP (comportement, attitude, pratique) développée par l’Organisation mondiale de la santé. Les enquêteur sont utilisé des échantillons en grappes et par quotas pour garantir la représentativité des données collectées.

Publié le : 23 janvier 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention
© HI

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention

Près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes... – ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, Handicap International a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs de guerre. 15 000 élèves ont pu être sensibilisés.

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad
© B. Almeras / Handicap International

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad

Handicap International lance au Tchad un vaste programme de développement visant à déminer des terres contaminées, à mettre en place un système de protection sociale et à stimuler l’activité économique dans les régions du Nord (Borkou, Ennedi, Tibesti) et celle du Lac Tchad. En consortium avec trois autres ONG internationales, ce projet sur 4 ans représente le plus gros budget humanitaire – 23 millions d’euros –  jamais géré par l’association. Thomas Hugonnier, responsable de l’action contre les mines, nous en donne les clés.