Go to main content
 
 

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence
Jordanie Liban Syrie

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.

Handicap International auprès de réfugiés syriens au Liban

Handicap International auprès de réfugiés syriens au Liban | © Benoit Almeras / HI

L’héritage mortel des restes explosifs

Depuis 2011, le conflit syrien a brisé des milliers de vies civiles, broyées par les combats et les déplacements. Près de 80 000 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives. 87 % d’entre elles étaient des civils1. Et plus de 5,6 millions de personnes ont fui le pays. En cause, l’intensité des combats qui ont fait des civils tantôt des cibles, des boucliers humains, des dommages collatéraux.

Bombardements indiscriminés laissant des bombes n’ayant pas explosé à l’impact, engins explosifs improvisés, mines antipersonnel… Huit ans après le début du conflit, plus de 10 millions de personnes sont aujourd’hui exposées aux risques posés par les restes explosifs de guerre2. Sur 187 enquêtes menées par des organisations humanitaires en 2018, plus de 80 % des communautés interrogées disent avoir été témoins de bombardements ou de combats au sol. Toutes rapportent des incidents liés à la contamination par des restes explosifs.

Des dizaines d’années pour déminer

Portrait de Thomas Hugonnier de Handicap International« Le niveau de contamination par les restes explosifs est inouï et sans précédent dans l’histoire du déminage. Il faudra plusieurs dizaines d’années pour déminer le pays. Les activités de déminage humanitaire doivent être mises en œuvre rapidement dans les gouvernorats où il est déjà possible d’en entreprendre. »

Thomas Hugonnier, directeur de Handicap International pour le Moyen-Orient

La contamination par les restes explosifs de guerre est l'un des principaux obstacles au retour de la population réfugiée ou déplacée, selon une enquête du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies publiée en juillet 2018. Elle sera également un frein majeur à la reconstruction du pays.

Reconstruction des corps et des esprits

Présente aux côtés des réfugiés syriens depuis 2011, Handicap International agit auprès de ceux qui, en un instant, ont vu leur vie basculer. Un cinquième des réfugiés au Liban et en Jordanie présentent aujourd’hui un handicap3. Un tiers d’entre eux indiquent que le conflit en est l’origine. L’association accompagne jour après jour ces familles. Aux soins de réadaptation s’ajoute un indispensable soutien psychosocial pour surmonter le traumatisme des blessures et le déracinement. « La reconstruction des corps et des esprits sera infiniment plus longue, difficile et douloureuse que celle de la pierre et du béton. Il faudra des années pour ces familles se relèvent et se reconstruisent », ajoute Thomas Hugonnier.

Alors que les financements dédiés à l’aide humanitaire en Syrie n’ont pas couvert l’ensemble des besoins en 2018, Handicap International souligne l’importante responsabilité de la communauté internationale. « Après huit ans d’une guerre sans lois, la communauté internationale a le devoir d’accompagner la population syrienne dans la durée ! », conclut Thomas Hugonnier.


1 AOAV, 2017
2 Chiffre issu des organisations engagées dans l’Action Mine en Syrie
3 HI et iMMAP, juillet 2018

Publié le : 14 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Zebidah : « Je suis heureuse de voir que j’ai un impact sur la vie d’une personne »
© Kate Holt / HI
Réadaptation

Zebidah : « Je suis heureuse de voir que j’ai un impact sur la vie d’une personne »

Au sein du camp de Kakuma au Kenya, Zebidah Monyoncho apporte soutien et soins à des personnes amputées et parfois en grande détresse psychologique. Passionnée par son métier d’ergothérapeute, elle partage avec nous son quotidien, ponctué de satisfactions immenses et de difficultés, mais qu’elle ne changerait pour rien au monde !

Nishan : « J’adore le badminton et j’aimerais découvrir la Chine ! »
© Prasiit Sthapit / HI
Réadaptation

Nishan : « J’adore le badminton et j’aimerais découvrir la Chine ! »

Jeune Népalais de 14 ans, Nishan a été amputé de la jambe gauche à 5 ans suite à un accident avec un camion. Grâce au soutien de Handicap International, aujourd’hui il remarche, va à l’école, joue au badminton et rêve de voyages.