Accès direct au contenu
 
 

« Ma passion : travailler avec les enfants »

Réadaptation Santé
Jordanie

Sina est ergothérapeute dans le centre de rééducation de l’hôpital Princesse Basma en Jordanie. Depuis que Handicap International y a créé un département pédiatrique spécialisé dans les troubles neurologiques, elle s’occupe d’enfants souffrant de paralysie cérébrale.

Handicap International, Jordanie. Sina est ergothérapeute au centre de réadaptation de l’hôpital Princesse Basma.

Sina, ergothérapeute au centre de rééducation de l’hôpital Princesse Basma en Jordanie | © Oriane van den Broeck / HI

Un département pédiatrique spécialisé

Grâce au soutien de Handicap International, un espace pour les enfants atteints de paralysie cérébrale a été créé au sein du centre de rééducation de l’hôpital Princesse Basma en Jordanie. Sina, ergothérapeute, explique son travail :

« Je m’occupe d'enfants souffrant de paralysie cérébrale. Mon rôle est de stimuler les membres supérieurs du corps, d’améliorer les capacités motrices et les activités de la vie quotidienne. Je fais en sorte que l'enfant devienne un maximum autonome. Comme par exemple lui apprendre à manger tout seul. »

Une approche pluridisciplinaire

En deux ans, de nombreux changements sont intervenus : les différents spécialistes travaillent aujourd’hui ensemble dans le processus de réadaptation des jeunes patients :

« Handicap International nous a encouragés à travailler en équipe et à appliquer de nouvelles méthodes, comme par exemple les sessions communes. Il arrive que nous suivions le même patient avec le kinésithérapeute. Celui-ci apprend à l’enfant à marcher, pendant que l'ergothérapeute l'aide à utiliser ses mains pour jouer. Le patient s’amuse et en retire un double bénéfice. C'est une bonne chose pour nous et pour lui », ajoute Sina.

Pour que cette approche soit complète, les spécialistes informent la famille sur les exercices et les soins qui doivent être appliqués à la maison.

Des formations sur mesure

Les différents spécialistes du centre de rééducation bénéficient également de formations spécifiques de la part de Handicap International, rarement accessibles dans la région :

« Il y en a déjà eu une sur la paralysie cérébrale, la prochaine concernera les attelles. Handicap International nous a fourni tout le matériel pour les créer. C’est très coûteux mais essentiel dans notre travail, et jusqu’ici nous n’avions rien de tel. Après chaque formation, le nombre de nos patients augmente car Handicap International nous envoie de nombreuses personnes qui ont besoin de soins et que nous pouvons désormais aider. Ça me motive d'autant plus et me rend confiante dans la qualité de mon travail », conclut Sina.

Publié le : 18 janvier 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

Kay Reh, 17 ans, blessé par un engin explosif dans son champ
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Kay Reh, 17 ans, blessé par un engin explosif dans son champ

Depuis 2012, Handicap International a sensibilisé près de 13 000 personnes vivant dans les neufs camps de réfugiés situés le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar sur les risques liés aux restes explosifs de guerre. Kay Reh, 17 ans, n'a pas pu éviter l'accident.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris