Goto main content
 
 

« La décision des États-Unis aggravera la crise humanitaire déjà intenable au Yémen »

Urgence
Yémen

Handicap International s’alarme des graves conséquences humanitaires suite à la décision américaine de classer Ansar Allah (les Houthis) comme organisation terroriste.

Carte Google Maps du Yémen

© Google Maps

Témoignage de Caroline Dauber, directrice de Handicap International au Yémen :

« La décision des États-Unis de classer les autorités de fait du Nord du Yémen comme groupe "terroriste" et leurs dirigeants comme "terroristes" aggravera une crise humanitaire déjà intenable. La communauté internationale doit condamner cette décision et ne doit en aucun cas s'en faire le relai. Handicap International appelle l'administration Biden nouvellement élue à prévoir des mécanismes d’exemption clairs, applicables et à effet immédiat pour que les organisations humanitaires puissent travailler dans la région sans interruption. La continuité des activités humanitaires essentielles et plusieurs milliers de vies sont en danger sans une exemption humanitaire. Dans nos efforts pour sauver des vies en fournissant de l'aide et des soins, les organisations humanitaires et leur personnel ne doivent pas être criminalisés.

L'accès de la population aux biens de première nécessité est en jeu : le Yémen est particulièrement dépendant des importations de produits essentiels tels que la nourriture, les médicaments et le carburant, alors que l'économie du pays est dévastée par près de six ans de conflit. Désigner les Houthis comme "terroristes" entravera également le travail des organisations internationales, qui se heurtent déjà à de nombreux obstacles pour apporter leur aide. Elles limiteront la capacité de Handicap International à entrer en contact avec les autorités locales de fait et à négocier un accès humanitaire sûr et sans entrave. De plus, elles limiteront la capacité de l'ONG à utiliser le système bancaire local, à payer le personnel médical et à acheter de la nourriture et du pétrole, qui sont des activités essentielles pour mener à bien des programmes humanitaires. »

Le Yémen, où 80 % de la population dépend de l'aide internationale, est déjà décrit par les Nations Unies comme la « pire crise humanitaire au monde ». En novembre dernier, leur Secrétaire général Antonio Guterres a mis en garde contre « la menace imminente de la pire famine que le monde ait connue depuis des décennies ».


Lire également les derniers contenus sur le Yémen :

Publié le : 14 janvier 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : un combat quotidien pour survivre
© HI
Inclusion Santé Urgence

Gaza : un combat quotidien pour survivre

Suite à l'escalade de violence en mai dernier, la vie des habitants de Gaza s'est aggravée alors qu’ils faisaient déjà face à la pauvreté et au sous-développement. Handicap International soutient les plus vulnérables.

Réduction des risques de catastrophe : un besoin humanitaire croissant
© B. Almeras / HI
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

Réduction des risques de catastrophe : un besoin humanitaire croissant

La fréquence et l'intensité des catastrophes naturelles ne cessent d'augmenter. Les populations vulnérables et les pays à faible revenu en subissent les plus grandes conséquences. Explications à l'occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe, le 13 octobre.

"Notre objectif est de minimiser l'impact des catastrophes"
© HI / photo d'archive
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

"Notre objectif est de minimiser l'impact des catastrophes"

Alors que le nombre de catastrophes naturelles ne cesse d'augmenter, Jennifer M'Vouama, chargée de plaidoyer pour la réduction des risques de catastrophes à Handicap International, explique l'importance de l'inclusion dans la réponse des ONG.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris