Goto main content
 
 

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"

Urgence
Liban

Un an après l’explosion du 4 août 2020 à Beyrouth, Nahed Mansour de l'équipe Handicap International revient sur les événements de ce jour tragique et leurs conséquences toujours palpables sur la ville.

Scènes de destruction dans la zone de Karantina/Quarantaine à Beyrouth près de deux semaines après l'explosion du 4 août 2020

Dans la zone de Karantina/Quarantaine à Beyrouth près de deux semaines après l'explosion du 4 août 2020 | © Tom Nicholson / HI

Portrait de Nahed Mansour, de l'équipe Handicap International à Beyrouth au LibanLorsque vous repensez au 4 août 2020, de quoi vous souvenez-vous ?

Je me souviens de la rivière de sang qui ruisselait dans les rues, des cris de la population, des fenêtres soufflées par l’onde de choc et de l’immeuble qui s’est effondré. Je me souviens de la façon dont les gens ont pris soin les uns des autres. Après l’explosion, des personnes venues de tout le Liban sont arrivées à Beyrouth pour soutenir les familles touchées, malgré la quarantaine imposée. L’un des bénévoles a secouru une femme gravement blessée sous mes yeux. Elle lui a dit qu’elle avait le Covid-19 et qu’il devait rester loin d’elle. Mais il a répondu « peu importe, je ne vous laisserai pas mourir ». Et il l’a portée dans ses bras jusqu’à l’hôpital. Je n’oublierai jamais cette scène.

Comment qualifieriez-vous la période qui a suivi l’explosion ?

J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier. Pour ceux qui ont perdu un proche ou leur maison, ou qui se retrouvent handicapés à vie, ou encore marqués dans leur chair, rien n’a changé, en fait. De telles conséquences ne sont pas faciles à oublier, tout particulièrement si justice n’est pas rendue. La population est frustrée par le manque de moyens déployés pour soulager la crise actuelle.

Beyrouth a-t-elle changé au cours de ces douze derniers mois ?

Avant l’explosion, le pays était déjà en crise, une crise socioéconomique et sanitaire aux multiples facettes. Les Libanais se sont montrés résilients et se sont accrochés à l’espoir que la situation allait s’arranger et que le pays allait changer.

Cependant, les dégâts causés par l’explosion ont suffi à balayer cet espoir et à anéantir ce rêve. Les cicatrices visibles et le traumatisme indélébile de cet événement ont conduit les gens à abandonner. Nombreux sont ceux qui ont fermé leur entreprise pour partir essayer de se construire ailleurs un avenir plus radieux. Cette ville dynamique n’est plus que l’ombre d’elle-même. Les Libanais sont connus pour leur amour de la vie et leur capacité à faire face. Mais je crains que l’explosion n’ait contribué au déclin de la vie nocturne, des festivals, de la joie de vivre et de la sécurité à Beyrouth.

Quel est le besoin le plus urgent aujourd’hui ?

En ma qualité de responsable du projet Livelihood* de Handicap International, je pense que le besoin le plus criant aujourd’hui est de mettre en place des projets qui soutiennent les citoyens dans leur guérison et le rétablissement des entreprises, pour renforcer la résilience économique. Ce projet va aider la ville et les marchés à se remettre, et relancer l’espoir de pouvoir vivre et investir au Liban.

Je ne vais pas bien. Mais je veux que la vie reprenne ses droits. Je veux revoir Beyrouth la dynamique. Je veux revoir un sourire sur le visage des gens. Alors non, je ne vais pas bien. Mais je crois que je dois prendre part au changement et soutenir les autres. Nous devons nous relever ensemble pour reconstruire Beyrouth et tout le Liban. Pour sauver le Liban, nous avons besoin d’espoir et de force.


Lire également le témoignage de la chef de mission urgence "Un an après l'explosion, le chaos"

* Livelihood : moyens de subsistance.

Publié le : 27 juillet 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Haïti, un mois après le séisme
© R. Crews / HI
Urgence

Haïti, un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre qui a dévasté le Sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et précipité 650 000 personnes dans le besoin.

Haïti : plus de 16 tonnes de matériel acheminées par avion
© HI
Urgence

Haïti : plus de 16 tonnes de matériel acheminées par avion

Après le séisme du 14 août en Haïti, Handicap International a prélevé plus de 16 tonnes de matériel sur ses stocks d’urgence établis à Dubaï. Elles sont acheminées vers Port-au-Prince.

Haïti : la protection des personnes vulnérables dans la réponse humanitaire, une priorité
© R. Crews / HI
Protéger les populations vulnérables Urgence

Haïti : la protection des personnes vulnérables dans la réponse humanitaire, une priorité

Handicap International est déterminée à mettre la protection au premier plan des projets en faveur des personnes vulnérables, particulièrement exposées après le séisme du 14 août en Haïti.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris